À l’approche de la possible fin (tant attendue) du règne de Romeyer-Caiazzo, nous avons décidé de déterrer quelques fossiles de cette période. Pour ce troisième épisode, nous avons choisi de vous présenter l’Américain Carlos Bocanegra, qui a passé une saison dans la Loire.

Nous sommes en juillet 2010, l’AS Saint-Étienne vien de terminer la saison précédente à la 17ème place du classement de Ligue 1 pour la seconde saison de suite. Christophe Galtier, qui a pris les rênes il y a 6 mois, a la lourde tâche de redresser le club après deux ans de galère. Pour ça, l’ASSE, qui n’a pas franchement les poches pleines, décide de faire appel à des vétérans pour compenser le départ de Mirallas, Dabo, Benalouane et Diakhité. Et c’est ainsi que débarquent Batlles, Ebondo, Marchal et notre cher Carlos Bocanegra.

Un défenseur d’experience

L’Américain pose ses valises dans le Forez après avoir passé deux ans au Stade Rennais et joué plus de 100 matchs en Premier League avec Fulham. Capitaine indéboulonnable de l’équipe des États-Unis, il a même participé à deux Coupes du Monde, en Allemagne et en Afrique du Sud. Son arrivée est saluée par la majorité des supporters et des aficionados du ballon rond. Et en plus, son profil colle parfaitement à l’ASSE : il est dur sur l’homme, il relance bien et en prime, il peut jouer arrière gauche. Un vrai couteau suisse du foot!

Titulaire dès le premier match, le gars de l’Oncle Sam va passer une bonne partie du début de saison sur le flanc gauche. Et quel début de saison ! Puisque l’ASSE se retrouve sur la plus haute marche du classement dès la sixième journée. Une première depuis plus de 28 ans. Ce bon début de saison sera ponctué par un match légendaire auquel Bocanegra prend part : le 100ème derby. Cette victoire mythique 1-0 en banlieue, première d’une longue liste, sera un tournant pour la saison et pour Carlos Bocanegra. L’ASSE rentre dans le rang et le roc étasunien jouera la majorité de ses matchs en position de défenseur central en duo avec Marchal, Monsorau ou Sall. Les Verts terminent à une honorable 10ème place et Bocanegra sera titulaire lors de 34 journées de Ligue 1 et inscrira 2 buts dont un lors du derby retour.

Un départ illogique

Tout semblait prêt pour qu’il reste quelques années à l’ASSE, mais non ! Les Glasgow Rangers, qui s’apprêtent à jouer l’Europa League, veulent absolument le recruter. Alors, adieu les verts et bonjour l’Écosse après son dernier match le 2 août 2011 contre Bordeaux. Il va manquer à tous, surtout à Romeyer qui déclare : « Carlos est quelqu’un d’extraordinaire, aussi bien en tant qu’homme que joueur. C’est un grand monsieur. »

Son départ du Forez coincidera avec le début de la fin de sa carrière. Il ne restera qu’une saison aux Rangers qui seront relégués administrativement en 4ème division en juillet 2012. Le Californien s’envolera ensuite au Racing Santander avant de finir sa carrière chez lui au Chivas USA à 34 ans. Reconverti comme dirigeant en fin de carrière, il officie comme vice-président et directeur technique du club de MLS Atlanta United depuis 2015. Il a été intronisé au Hall of Fame du football américain en 2021 et reste, pour l’instant, le seul Américain à avoir revêtu la tunique verte.