Paul Bernardoni s’est exprimé il y a quelques jours dans le podcast La Voix des gardiens. Il est notamment revenu sur son passage de quelques mois à Saint-Étienne. Il évalue son expérience comme globalement positive malgré la descente et estime qu’il a été injustement pointé du doigt.

« Pour ma part, j’y croyais. Nous avons réalisé une remontada magnifique. Cela reste le plus grand regret de ma carrière. On peut passer du statut de héros à celui qu’on pointe du doigt. On m’a critiqué alors que mon passage à Saint-Étienne a été positif. Mais au final, il y a eu cette descente et c’est ce que l’on retient. Je ne vais pas le cacher, cette séance de tirs au but m’a fait mal. Ça me fout les boules. Quand je vois Saint-Étienne en Ligue 2, ça me fout les boules. J’étais le gardien dans les buts. Si tu réalises une séance de penalty parfaite, cela peut tout changer. J’ai pensé à cette séance de penalty tous les jours pendant six mois. »

Ces propos sont surprenants de la part d’un joueur habituellement sympathique et applaudi par tous du début à la fin de son passage dans le Forez. On peut tout de même rappeler à ce grand gardien, qui évolue désormais dans un club quuasi semi-professionnel, qu’il ne s’est pas excusé pour la descente, et que nous, les supporters, pensons encore tous les jours à cet échec.