Stéphanois pendant deux ans et demi, Yann M’Vila a quitté les Verts cet été pour rejoindre la Grèce et plus précisément l’Olympiakos. Ne s’étant pas encore confié après son départ au sujet de son passage à l’ASSE, le milieu défensif de 30 ans l’a fait aujourd’hui dans le quotidien L’Équipe. Il a notamment affiché un gros regret par rapport à la saison 2018-2019 et a expliqué avoir eu une discussion d’hommes avec Claude Puel cet été.

Un regret à l’ASSE ?

« Oui, ne pas avoir arraché la Ligue des Champions en 2019, par rapport aux points bêtes qu’on a donnés. Mais on finit quatrièmes, on fait une saison extraordinaire. Toute l’année, le coach Gasset a été obligé de bricoler. Il avait quoi, quinze joueurs à sa disposition. Mais on sentait qu’on était une famille unie, que rien ne pouvait nous arriver. Et on part de loin, parce qu’on n’avait pas l’effectif pour. C’est Lyon qui finit devant nous et quand je me souviens du match contre l’OL, quand Dembélé marque à Geoffroy-Guichard, pfff (1-2, but du Lyonnais à la 90e + 5)… Mais c’était déjà extraordinaire de se qualifier en Ligue Europa. »

Un joueur attaché au club et à beaucoup de monde

« Je ne regrette pas les conditions de mon départ car ce fut dans le respect et le calme. Avec Claude Puel, on a eu une vraie discussion d’hommes. Il m’a parlé comme j’attendais qu’il le fasse. On s’est dit ce qu’on avait à se dire, on s’est serré la main à la fin. Après, j’ai eu un petit pincement car j’étais attaché au club, j’était proche de pas mal de joueurs, Jessy Moulin, »Debuch », Loïc Perrin, Wahbi Khazri, Romain Hamouma, »Kolo », Kévin Monnet-Paquet, les jeunes Nordin, Camara, Fofana, Saliba. Je m’entendais super bien avec le staff médical, le doc’ Tarak Bouzaabia, les préparateurs physiques. Des personnes me manquent, c’est vrai. »