Souvenez-vous. Il y a une semaine jour pour jour, c’est toute la ville de Saint-Etienne qui était en train de retenir son souffle, les Verts s’apprêtant à affronter le FC Metz en barrage retour de Ligue 2. Une rencontre qui se terminera aux prolongations et qui verra les Verts valider définitivement leur billet de retour en Ligue 1, offrant de magnifiques scènes de joie dans le Forez jusqu’au bout de la nuit.

Si cette remontée en Ligue 1 est aussi savoureuse, c’est notamment parce que les Stéphanois auront maintenu le suspens au maximum, ceux-ci n’ayant pas réussi à saisir leur chance lorsqu’ils étaient maîtres de leur destin pour monter directement en Ligue 1.

Présent dans l’émission Tiktok « Final Four » animée par Sacha Borg, Mikael Marciano, Sacha Nabet et Guillaume Dacquet, Florian Tardieu est revenu sur les derniers matchs disputés par des Verts en grande difficulté dans le sprint final. Des propos rapportés par nos confrères de Peuple-Vert.

« Franchement, je ne sais même pas comment on a su se relever de ça. En fait, le plus dur, c’est que les trois matchs avant le barrage, c’est qu’à Guingamp, on mène 2-0 et tu as l’occasion de mettre le troisième, le quatrième but, tu ne le mets pas. Tu concèdes un penalty que tu dois éviter. Tu fais une faute après, où tu es à 3 contre 1, tu fais une faute et tu prends un but sur CPA.

Pareil, contre Rodez à domicile, tu les domines et tu prends un but contré d’un gaucher qui met une reprise de volée du pied droit. Mais en fait, sur les trois derniers matchs, je crois que tu fais 50 ou 60 frappes au but.

Donc en fait, on ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes. Et c’est ça qui a été dur. Si tu perds les matchs, que tu as été bidon, que les équipes ont été meilleures que toi, tu te dis qu’elles ont été meilleures que toi. Donc ça, ça a été dur.

Mais après, franchement, le staff et le coach ont eu vraiment les bons mots. Après, quand on a vu aussi le soutien de tout Saint-Étienne, du peuple vert, on s’est dit qu’on va tout donner. Si ça passe, tant mieux. Si ça ne passe pas, on n’aura pas triché et on sera quand même heureux.«