Inattentifs, maudits, incapables de tenir 90 minutes, quel est donc la meilleure description des joueurs de l’ASSE cette saison. De nouveau dominateurs des débats, les Verts ont encore lâché deux points précieux, et semble, déjà, dire adieu à la montée en Ligue 1 cette saison, déjà si tôt.

Bouchouari responsable ?

Et bien non. Arrêtons tout de suite de s’en prendre au petit prodige marocain. Une erreur arrive à tout le monde, Bouchouari ne doit pas payer le prix fort de la sienne. Pourquoi ? Tout d’abord, sur le but, le laxisme à nouveau d’une défense non coordonnée et une nouvelle sortie désastreuse à contre-temps d’Anthony Briançon n’ont pas permis de résoudre collectivement le problème causé par l’erreur de Bouchouari, et c’est bien dommage parce que le football reste un sport collectif qui doit permettre de niveler les erreurs individuelles ou de tirer vers le haut chaque individu. Dans un second temps, parce que la prestation du Marocain est loin d’être désastreuse, 80% de ses passes vers l’avant réussies, dont 9/14 dans le dernier tiers du terrain. Ajoutez à cela aucune perte de balle dans sa moitié de terrain, 4 ballons récupérés dans le camp adverse et vous avez un match honorable, bien qu’en dessous de ses standards. Ne tapons pas à nouveau sur un jeune joueur qui passe un jour sans comme certains ont pu le faire avec Aouchiche et qui, au final ont mené à un échec cuisant dans le Forez. Bouchouari est un joueur plein de talent, tout le monde doit le soutenir après un match raté, pour qu’il en réussisse à nouveau de meilleurs comme il a déjà su le montrer sous le maillot vert.

Un système encore perfectible

Position moyenne et schéma des circuits de passes des joueurs de l’ASSE face à Grenoble. Crédit : WyScout

Laurent Battles a réussi à imposer son 3-4-1-2 et à le rendre efficace, aucun doute là-dessus. Cependant, il reste perfectible. Dans le système initial, on voit déjà un premier problème créé par le positionnement de Yvann Maçon (on ne le voit pas à l’image mais sa position moyenne se situe au même endroit que Dylan Chambost). Les deux joueurs se sont marchés dessus. Pourquoi cela ? Maçon est droitier et aime rentrer à l’intérieur. Dylan Chambost est lui gaucher, il a donc cherché à s’excentrer pour pouvoir jouer sur son bon pied et déborder côté gauche en combinant théoriquement avec les appels intérieurs de Maçon. De l’autre côté, Mathieu Cafaro, peu habitué au rôle de piston, s’est retrouvé à hauteur de Krasso et Chambost. Le système était donc devenu un 3-2-4-1 avec Maçon, Chambost, Krasso et Cafaro sur la même ligne, tous à l’intérieur. Les changements ne vont que peu corriger le tir puisque Lobry va jouer très proche de Krasso et vont eux aussi se gêner, seul Sergi Palencia va réellement avoir une position correcte de piston et permettre de trouver de la largeur. Louis Mouton, entré à la place de Wadji, va encore plus renforcer une zone où s’accumulent déjà Chambost et Maçon. Résultat, les Verts n’auront pas su tuer le match et auront concédé le nul sur une nouvelle erreur d’inattention et de malchance, Monconduit, certes accroché par son marquage tombe au sol, le ballon provenant du corner revient dans les pieds d’un Grenoblois laissé seul par Victor Lobry, peu concerné par l’action qui égalise.

Rigueur défensive, système encore perfectible. Les Verts ont encore du travail pour passer un cap en Ligue 2. Il ne faut pas cibler un joueur sur ce match nul, notamment Benjamin Bouchouari car il n’est pas seul responsable de l’échec stéphanois. Le droit de réponse est donné pour lundi, dans l’enfer du stade Bonal à Sochaux, sans doute la meilleure équipe de Ligue 2 pour l’instant malgré sa défaite à Valenciennes samedi. Le meilleur moment pour les prendre ?

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 41,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.