Actualité

Perrin revient sur sa carrière peu ordinaire et sur l’intérêt d’Arsenal en 2014 !

L’ancien stéphanois, Jérémy Clément, a sorti dernièrement un livre intitulé « Pour le plaisir », où ce dernier se penche sur la réussite et l’épanouissement dans le sport de haut-niveau. Dans cet ouvrage, il donne la parole à plusieurs sportifs qu’il a côtoyé durant sa carrière, dont notamment un certain Loïc Perrin. Ayant réalisé une carrière très rare dans le football moderne et même tout simplement dans le football en général, l’emblématique numéro 24 de l’ASSE se livre à ce sujet et évoque les deux fois où il aurait pu quitter le club. Il n’hésite pas également à souligner l’importance de la vie privée et familiale pour réussir. Extraits.

Saint-Étienne l’a comblé

« J’ai été formé au centre de l’ASSE et footballeur dans ce même club pendant 17 années. Je suis conscient qu’une carrière comme la mienne fait aujourd’hui figure d’exception dans le monde du football. J’ai eu une vie « normale », loin des transferts et des déménagements. Si j’avais dû intégrer un centre de formation loin de chez moi, je ne suis pas sûr que j’aurais pu tenir. Je suis admiratif devant tous ces joueurs qui sont partis de chez eux à 13 ou 14 ans et qui ont réussi. Il faut une sacrée force mentale. Je n’avais pas prévu de faire toute ma carrière à Sainté, je n’avais même pas imaginé cela possible. J’ai régulièrement été approché par d’autres clubs, mais je n’étais pas intéressé. Saint-Étienne suffisait à mon bonheur et me comblait sur tous les plans. »

Perrin aurait pu partir deux fois !

« Cependant, j’ai failli quitter le groupe à deux reprises. Une première fois en 2010. Les Monégasques et moi sommes arrivés à un accord mais j’avais encore deux ans de contrat avec Saint-Étienne et les deux clubs n’ont pas trouvé d’accord sur mon indemnité de transfert. J’ai stoppé les négociations, il était inconcevable pour moi d’aller à la confrontation avec mon club formateur. En 2014, Arsenal est venu me faire une proposition. J’avais 29 ans, j’étais à l’apogée de ma carrière. Je m’étais toujours dit que si je quittais Sainté, ce serai pour passer un palier important. Arsenal, ça ne se refuse pas. C’est un autre joueur qui a finalement été retenu par le club londonien. Je ne regrette rien, les années Galtier ont été les plus belles de ma carrière et qui sait si ma famille se serait adaptée ou plu en Angleterre ? »

De l’importance accordée à la cellule familiale

« J’étais et je suis toujours convaincu que pour être performant, il faut être bien dans sa vie privée. La cellule familiale est primordiale. J’ai eu la chance de choisir et d’être choisi par une femme qui ne suivait pas du tout le foot. Elle ne savait pas vraiment qui j’étais. Au fil des années, elle ne s’est pas beaucoup plus intéressée au foot. Elle venait assister aux matches pour moi, son détachement me convenait bien. Ma femme n’a jamais arrêté de travailler. Elle n’a pas un métier facile sur le plan psychologique. Elle travaille dans un service hospitalier et échange tous les jours avec des gens malades, de tout âge. Elle a appris à relativiser et à minimiser les petits tracas du quotidien qui semblent bien superficiels. Elle a fait entrer cette philosophie dans notre foyer et ça m’a beaucoup aidé face à la pression du métier de footballeur. »

propos retranscris par poteaux-carres.com

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 37,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :