Victime d’une double descente sur les deux dernières saisons, le club tout fraîchement racheté par le City Football Club vit une période cauchemardesque. Alors que le va devoir faire face financièrement à cette catastrophe, il va leur falloir vendre avant de rebâtir une équipe.

Malgré la saison encore compliquée des joueurs troyens, certains nous semblent susceptibles de pouvoir apporter un plus en complément d’un effectif solide. Ces joueurs ne devraient pas coûter bien cher, étant donné que l’ESTAC est descendu au troisième échelon français.

Abdoulaye Ndiaye, la promesse défensive.

Auteur d’une saison de haute volée en prêt à Bastia, le jeune défenseur avait rallié Troyes à la surprise générale. Les observateurs lui prévoyaient un transfert dans un championnat « plus huppé ». Le joueur sénégalais avait ainsi effectué une première partie de saison très sérieuse, contrairement au reste de son équipe.

Et malgré une deuxième partie de saison qui semble plus compliquée à l’œil, ses statistiques et son vécu en font l’un des meilleurs défenseurs de Ligue 2 et une valeur sûre. Seuls petits hics, le joueur est passé par l’Olympique Lyonnais, et il faudra lui remettre la tête à l’endroit après cette saison compliquée.

Abdoulaye Kanté, le très jeune milieu de terrain

Autre joueur prometteur de l’ESTAC de Troyes, Abdoulaye Kanté s’est révélé cette saison comme un joueur extrêmement intéressant. Joueur doué à la récupération et plutôt à l’aise balle au pied, ce jeune milieu de terrain né en Côte d’Ivoire est promis à un bel avenir.

C’est un joueur qui a tendance à rester devant sa défense et qui est très utile pour protéger son arrière garde. Né en 2005, il correspond de plus aux critères de recrutement nouveaux qui visent à enrôler des jeunes avec une grosse marge de progression.

Yacer Larouci, la latéral en attente.

Après une saison pormetteuse en Ligue 1 il y a deux ans, Yacer Larouci semble avoir grillé les étapes. Cette saison prêté en Premier League à Sheffield United, il n’a disputé que 630 petites minutes de jeu. Pourtant son profil est plaisant.

Porté vers l’offensive, adroit balle au pied et habile à la percussion, il a tout du latéral moderne. A seulement 23 ans, Yacer Larouci gagnerait à trouver de la stabilité dans un club qui l’entourera de manière à révéler son potentiel. Il correspond de plus au profil qu’Olivier Dall’Oglio aime avoir sur ses couloirs.