Même si le ballon de football a ses ancêtres, nous ne les aborderons pas aujourd’hui, cela fera partie d’un autre sujet. La première forme dite “moderne” du ballon de foot correspond à la vessie animale recouverte d’un enrobage en cuir, fermé avec un lacet. A l’époque il est juste question d’avoir un outil pratique afin de jouer sans qu’il ne se casse ou se perce. Depuis le ballon de football a énormément évolué et aujourd’hui le ballon de foot a un devoir esthétique et pratique, mais il paraît aussi avoir une place prépondérante dans le style du football actuel. Nous allons décrypter ça ensemble.

La règlementation du ballon de foot

En 1872, aux prémices du football, la Fédération anglaise très attachée à la pratique académique du football fixe des règles pour le ballon de football. Le ballon doit être sphérique et gainé de cuir. Il doit faire une circonférence de 68cm et peser entre 396 et 453g.

Les dimensions des ballons modernes répondent à des critères stricts de circonférence (68 à 71 cm), de poids (396 à 453 g) et de pression (600 à 700 g/cm2) fixés par la loi deux du football en 1937

Depuis le 1er janvier 1996, seuls les ballons portant les mentions officielles « FIFA APPROVED” , « FIFA INSPECTED« . Pour la mention “FIFA inspected”, le ballon doit répondre favorablement aux mesures suivantes : 
-Poids, circonférence, sphéricité (variation de la forme du ballon par rapport à une sphère parfaite) , perte de pression, absorption d’eau, rebond. 

La mention “FIFA approved” elle, nécessite aux ballons de se soumettre à des données encore plus stricte ainsi qu’à une autre épreuve :
Conservation de la forme et de la taille (Test de tir). Autant vous dire que les ballons d’Olive et Tom ne seraient jamais approuvés par la FIFA. Les tests sont effectués à une température intérieure d’environ 20°C et avec 65 % d’humidité. La seule exception, le rebond est mesuré à 20°C et à 5°C.

Le ballon de foot a longtemps été victime d’un manque d’étanchéité. Le premier ballon en polyuréthane arrive en 1974 sous Adidas et voit enfin un ballon “étanche” arriver. Aujourd’hui le ballon est sous une forme synthétique (plastique) qui, de plus, est thermocollée pour une meilleure étanchéité.

L’évolution du ballon dans son apport au jeu

Et en effet, pour que le ballon devienne le plus juste possible, et se rapproche vraiment de l’outil idéal, les chercheurs ont voulu se rapprocher le plus possible de la forme sphérique. En 1970 quand Adidas arrive en tant que producteur du ballon de la Coupe du Monde. Ce sont les premiers à amener la révolution du ballon en forme d’icosaèdre tronqué. Pour la première fois les chercheurs vont se rapprocher le plus possible de la sphère, le ballon n’aura jamais été aussi lisse et sphérique. Le résultat final est fantastique. 

Aujourd’hui les ballons ont de moins en moins de faces. La logique de l’icosaèdre tronqué était d’avoir le plus de faces possibles sur le ballon afin de s’approcher le plus d’un cercle ou d’une forme arrondie. Aujourd’hui cette logique est remplacée par quelque chose d’inverse. En effet les chercheurs favorisent le fait qu’il y ait le moins de faces possibles sur le ballon, et qu’elles soient juste « pliées » afin d’épouser la forme du cercle. Ceci est dans un but de limiter les réactions « imprévisibles » du ballon au rebond.

Au-delà de la forme géométrique, il faut aussi comparer les manières dont les faces du ballon sont cousues ou thermocollées. En effet, les différentes pièces de cuir collées entre elles sur le ballon ont longtemps été des hexagones assemblés les uns aux autres. Désormais Adidas tente d’innover en présentant des formes géométriques plus particulières. C’est rendu possible par l’avènement du ballon synthétique qui est plus malléable que les pièces de cuir cousues entre elles.

Le ballon qui est de plus en plus lisse, sphérique, c’est aussi un ballon qui glisse mieux, qui rebondit de façon plus “prévisible”. Ajouté à cela le fait d’arroser les pelouses par exemple et vous avez un ballon qui file comme un pingouin sur la glace.

Le ballon de foot est-il acteur, ou outil du jeu ?

Evidemment la question du rôle du ballon dans le football se pose. Est-il juste un outil ou est-il acteur ? Sur ce sujet j’aurais tendance à me dire qu’il est les deux en même temps. Par exemple, pour la toute première Coupe du Monde en 1930, deux ballons différents ont été utilisés pour chaque mi-temps et le fait est que le ballon de l’Argentine leur a permis de mener et le ballon de l’Uruguay leur a permis d’inverser la tendance. Nous avons donc un outil ici qui avantage l’une équipe ou l’autre et qui prend donc un rôle d’acteur majeur dans le déroulement du match. 

Comme cités précédemment, la forme de plus en plus sphérique du ballon, sa matière plastique beaucoup plus étanche que le cuir additionnés à l’humidification des pelouses font aussi que le jeu est de plus en plus rapide, pour le plus grand plaisir de certains fans. Par ces faits, le football se veut plus sélectif face aux sportifs. Il n’est plus question d’être seulement technique. Désormais il faut aussi avoir les qualités physiques et mentales/psycho/intellectuelles pour suivre un ballon et un jeu de plus en plus rapides. 

Ainsi les techniciens à l’ancienne n’existent plus à moins d’une équipe construite autour d’eux, le ballon se veut juge des qualités des joueurs et il est décidé que seuls les meilleurs athlètes pourront jouer au plus haut niveau. Bien-sûr l’exception sera toujours de mise. Les footballeurs à l’ancienne auront toujours leur place sur la pelouse ainsi qu’une place particulière dans le cœur des observateurs.