À l’approche de la possible fin (tant attendue) du règne de Romeyer-Caiazzo, nous avons décidé de déterrer quelques fossiles de cette période. Pour le coup d’envoi, préparez-vous à redécouvrir le Suédois Lasse Nilsson, qui a illuminé Geoffroy Guichard de sa présence pendant un fulgurant total de… tenez-vous bien… 5 matchs !

La bonne idée ?

Nous sommes en juillet 2007, l’ASSE vient de conclure la saison précédente à une honorable 11ème place, mais un grand chambardement se prépare cet été-là. Le coach tchèque Ivan Hasek sera débarqué, remplacé par Laurent Roussey après seulement un an sur le banc stéphanois. De nombreux joueurs importants des années précédentes partiront également pendant l’intersaison, parmi eux le capitaine Sablé, les cadres Ilunga et Camara, mais surtout le meilleur buteur du club, Frédéric Piquionne. Il devient donc impératif pour les dirigeants stéphanois de trouver son remplaçant. C’est alors que débarque au club Lasse Nilsson, pour une coquette somme de 3 millions d’euros, en provenance du club néerlandais le SC Heerenveen.

Le Suédois est alors âgé de 25 ans, et tous les observateurs s’accordaient à dire que c’était une bonne pioche. En effet, il venait de réaliser deux sélections avec son équipe nationale et avait marqué plus de 10 buts lors de deux saisons consécutives. Filiforme, il avait le profil idéal pour s’entendre parfaitement avec Ilan et Gomis en attaque, ce qui était souhaité par l’entraîneur Roussey.

La fausse bonne idée !

Pourtant, la vie en vert pour Nilsson ressemble à une comédie de 103 minutes, sans même un passage sur la scène de Geoffroy Guichard ! Sa première entrée en jeu a eu lieu lors du derby d’août 2007, que les Stéphanois ont perdu comme d’habitude à cette époque. Il a été titulaire face à Nancy la semaine suivante, mais il est sorti dès la 44e minute, tant il avait été transparent dans cette partie. Par la suite, il n’a fait que quelques apparitions insipides face au Mans, Bordeaux et Lens en équipe première et a participé à 2 rencontres avec la CFA.

Mais rassurez-vous, amis supporters, la saga de Nilsson n’est pas une tragédie en plusieurs actes. Contrairement à d’autres fiascos stéphanois, se débarrasser de Nilsson a été simple. Il a été prêté tour à tour à AaB Ålborg, IF Elfsborg, et Vitesse Arnhem, avant de rejoindre ce dernier de façon permanente quelques mois plus tard. Il est retourné pendant 6 ans dans son club de cœur, le IF Elfsborg, pour y remporter coupe et championnat de Suède, avant de tirer sa révérence en 2ème division en 2018. Plus de 130 buts en 500 matchs plus tard, voilà une carrière plus qu’honorable.

Certes, son passage chez les Verts reste un mystère, mais Nilsson tire du positif de cette expérience verte : « Même si mon passage chez les Verts a été un échec, j’ai appris énormément. J’ai grandi en tant que personne pendant cette période. » Eh bien, on peut au moins dire qu’il a contribué au retour de l’ASSE en Coupe d’Europe, car les Verts ont terminé 5èmes à la fin de la saison 2007-2008.