Actualité

Piazza : « C’est tout à fait normal que les supporters veuillent du changement à la tête du club ! »

Dans un entretien accordé cette semaine au magazine But! Saint-Étienne, Oswaldo Piazza s’est exprimé sur la descente de l’ASSE en Ligue 2. Le légendaire défenseur argentin des Verts de la grande époque a également évoqué les nombreux soucis qui marquent le club depuis bien trop longtemps. Extraits.

Une descente vécue comme un drame

« Oh… Voir le club est deuxième division, ce n’est pas possible. Je suis triste, triste, triste. Cette descente, on dirait qu’on a fait exprès. Il y a eu tellement d’erreurs… Ce n’est pas possible d’en être arrivé là. Quand je vois les clubs qui sont en L1, certains clubs. Et l’AS Saint-Étienne en L2 ! Non, ce n’est pas possible. On aurait voulu le faire exprès, on aurait fait ça. C’est un drame. »

Piazza condamne la violence

« Je n’étais pas au match retour contre Auxerre, j’étais rentré en Argentine. Ce match, je ne l’ai même pas regardé. J’étais au match contre Monaco, avec Patrick Revelli et Maurice Vincent, l’ancien Maire de Saint-Étienne. Quand des fumigènes sont descendus des tribunes et qu’il y a eu la première interruption, je suis parti. J’ai quitté le stade. Je ne voulais pas voir ça. Cette violence, je n’aime pas ça. On ne va pas au stade pour ça. Je sais ce qu’il s’est passé contre Auxerre. Cette fureur… C’est triste. »

100 millions d’euros de vente pour quoi ?

« C’est tout à fait normal que les supporters veuillent du changement à la tête du club ! On change les entraîneurs, on change les joueurs… Il y a trois ans, l’ASSE aurait déjà pu se retrouver en D2 sans le Covid. Et que s’est-il passé après ? Le club a vendu Fofana, Saliba. Il a vendu pour 100 M€ de joueurs. Et il a pris qui avec cet argent ? Il a fait quoi ? »

Profiter du Chaudron plutôt que d’en avoir peur

« Avant Monaco, j’avais assisté à un autre match, je ne sais plus contre qui. On avait perdu aussi. J’avais été choqué par le niveau de l’équipe. Les joueurs n’arrivaient pas à se faire trois passes ! On aurait dit qu’ils avaient peur d’être là, sur le terrain. Nous, on profitait du Chaudron. « Ici c’est le Chaudron », vous voyez ? C’est écrit quand tu entres sur la pelouse. On se servait de ça. On étouffait l’adversaire dès le coup d’envoi et quand on marquait un but, on faisait bloc, on fermait tout et on jouait les contres à fond. Le public nous poussait. On jouait à 12. Mais là, les joueurs avaient peur ! Ce n’est pas possible d’amener le public avec toi si tu as peur, si tu ne joues pas ! »

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 41,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :