Au début de l’été, bon nombre de supporters s’attendaient à voir un tout autre bilan comptable au soir de la 4ème journée de Ligue 2. Forts d’une seconde partie de saison particulièrement réussie, les Stéphanois pouvaient aborder cette deuxième saison en Ligue 2 sur une bonne dynamique. Le club l’affirmait, Sainté ne joue qu’une seule chose cette saison : la montée. Force est de constater qu’après les quatre premières journées de championnat, l’AS Saint-Etienne semble embarquée pour une nouvelle saison galère. Mais à qui imputer la responsabilité de cette entrée en matière particulièrement inquiétante pour un candidat assumé à la montée ?

Le duo Romeyer – Caïazzo

Souvenez-vous. C’est un soir de Mai 2022, au terme d’une soirée particulièrement chaotique, qu’une annonce surgit sur le site officiel de l’ASSE. Les deux présidents de l’AS Saint-Etienne promettent des changements importants pour le club dans les semaines à venir, laissant sous-entendre une vente imminente. Plus d’un an après, il n’en est rien. Bernard Caïazzo n’est plus apparu à Sainté depuis des années et Roland Romeyer ne fait plus que quelques apparitions. Si la vente du club est toujours annoncée comme étant d’actualité, les pistes successives ne se sont jamais concrétisées et les présidents pourraient bien être tentés d’attendre encore quelques saisons avant de vendre leur poule aux œufs d’or. Histoire de gagner encore quelques deniers.

Jean-François Soucasse

Il est arrivé en Janvier 2021 avant de devenir, quelques mois plus tard, le président exécutif de l’ASSE. Force est de constater que l’ASSE, sous la houlette de son président exécutif, n’aura pas brillé depuis. Descendus en Ligue 2 en 2022, les Stéphanois n’ont pas su obtenir mieux qu’une huitième place dans l’antichambre de l’élite français. Apparu tout sourire au micro de Beinsports lors de la première journée face à Grenoble, le président stéphanois affirmait que le mercato stéphanois était quasiment bouclé et qu’il serait compétitif pour truster les premières places de Ligue 2. Depuis, les verts n’auront engrangé que 4 petits points sur 12 possibles, l’effectif ayant démontré que la moindre absence est plus que préjudiciable pour Laurent Batlles.

Loïc Perrin

L’ancienne gloire stéphanoise a sans doute perdu en popularité ces derniers mois, notamment depuis son intronisation au poste de directeur sportif. S’il fût bien aidé cet hiver par Luis de Sousa, il n’aura pu compter sur le recruteur, parti du côté de Pau cet été. L’ancien numéro 24 stéphanois semble dans le dur avec un mercato particulièrement mal négocié comme en témoigne de nombreux dossiers : Niels Nkounkou, Jérémy Livolant ou bien même Antoine Leautey. Ces feuilletons auront animé le mercato estival sans jamais aboutir à un dénouement favorable à l’ASSE. Si le DS affirmait que la cellule de recrutement travaillait avec la data, le club aura majoritairement exploité des pistes déjà évoquées par le passé, alors que celui-ci aurait sans doute pu dénicher de belles surprises comme cela fût le cas pour Benjamin Bouchouari l’été dernier.

Laurent Batlles

Longtemps réclamé par les supporters stéphanois, Laurent Batlles arrivait l’été dernier avec l’étiquette d’un coach capable de monter une équipe jouant la montée tout en pratiquant un football agréable à regarder. L’entraîneur stéphanois a, depuis, perdu de son aura et semble de plus en plus sur un siège éjectable. Si Laurent Batlles a perdu des éléments essentiels comme Krasso ou Nkounkou (sur le départ), celui-ci n’a pas pu compté sur une cellule de recrutement capable de lui fournir des joueurs en adéquation avec ses principes de jeu. Néanmoins, il n’est pas pour autant exempt de tout reproche puisque son entêtement à vouloir jouer dans un dispositif à 3 pénalise l’équipe, celle-ci ne disposant pas des profils adaptés pour être performant dans cette formation. Les derniers matchs ne font que le confirmer, le contenu proposée par l’ASSE version 2023-2024 étant particulièrement inquiétant.

Si la situation de l’ASSE ne venait pas à s’améliorer, nul doute que Laurent Batlles serait le premier à en faire les frais, comme cela est bien souvent le cas dans le football.

Les joueurs

Si les têtes pensantes du club peuvent porter la responsabilité de bien des maux, il ne faut pas oublier que les joueurs jouent également un rôle non négligeable dans ce mauvais début de saison. Manque de caractère, problèmes physiques, ceux-ci semblent touchés par de nombreux maux. L’équipe de la deuxième partie de saison dernière semble bien lointaine, les joueurs semblant retomber dans les travers de leur début de saison dernière. Peu sont les joueurs à se mettre en évidence en ce début de saison et l’effectif stéphanois doit rapidement se remettre les idées en place et travailler avec ardeur si ceux-ci ne souhaitent pas passer une nouvelle saison compliquée.

Si le club souhaite se remettre en marche et atteindre ses objectifs assumés, celui-ci devra rapidement recruter judicieusement en ces derniers jours de mercato, l’effectif étant clairement limité, en l’état, pour prétendre à la montée.