Recruté l’été dernier en fin de mercato (le 24 août précisément) pour palier au départ de Niels Nkounkou, la saison de Mahmoud Bentayg fut pour le moins anecdotique. En effet le joueur a peu joué cette saison. Il a surtout fait office de joker de remplacement, entrant tantôt en ailier, tantôt en défenseur, sans jamais vraiment se faire sa place.

Pas mis dans les bonnes conditions ?

Je vais sans doute vous faire hurler, mais encore une fois il me semble nécessaire de préciser le contexte de son arrivée. Bentayg arrive pour jouer piston gauche, dans un schéma bien particulier, cher à Laurent Batlles. Au final deux semaines après son arrivée, l’entraîneur stéphanois change de système tactique et repasse à 4 derrière. Or, comme nous l’avions précisé dans sa présentation, même si défenseur gauche est son poste habituel, il semble évident que son profil n’est pas adapté à ce poste en Europe. Si on veut en tirer le plein potentiel, le joueur doit jouer piston.

De plus, le joueur ne semble pas avoir été vraiment inclus par l’ancien entraîneur stéphanois. Le joueur n’a-t-il pas montré assez ou Laurent Batlles a-t-il décidé qu’il ne concernerait pas le joueur, lui qui souhaitait absolument garder Nkounkou ? Difficile de décliner clairement la cause à effet, mais il semble évident qu’un joueur qui n’a pas la confiance de son coach sera davantage mis en difficulté.

Une preuve supplémentaire d’un recrutement aléatoire ?

Au final, Mahmoud Bentayg ne semble être qu’une erreur parmi tant d’autres depuis quelques années. Au final depuis le mercato d’hiver 2022, trente-huit joueurs ont quitté le navire. C’est titanesque. Parmi ces joueurs, dix-neuf, soit la moitié, ont quitté le club après une saison seulement ou moins. En cause notamment, les nombreux prêts de joueur que l’ASSE a accumulé depuis des années. Mais également, les recrutements très décevants qui se sont accumulés depuis le début du mandat de Loïc Perrin.

Au final il ne serait pas étonnant que Mahmoud Bentayg quitte le club au prochain mercato. Il ne semble pas être un leader dans le vestiaire, et n’est pas compétitif sportivement pour la Ligue 1. Mais ce recrutement à six-cent mille euros doit une nouvelle fois tirer la sonnette d’alarme sur ces recrutements hasardeux et précipités qui plongent non seulement l’équipe de Saint-Etienne dans une situation précaire, mais également des joueurs dans des situations inconfortables pour leur carrière.