Les Verts se sont inclinés pour la quatrième fois consécutive en championnat face à Amiens. Ils sont désormais plus proches de la première place en zone de relégation que de la première place du championnat. C’est honteux, mais pas plus honteux que la deuxième période complètement insipide de l’ASSE. Les joueurs n’ont montré aucune révolte et ont semblé se désintéresser complètement du résultat en continuant de jouer à la baballe. Pour une fois, nous avons pris la décision de ne pas noter chaque joueur individuellement. En fait, nous avons décidé de noter l’équipe dans son ensemble, parce que, soyons honnêtes, c’était un peu comme noter une classe où tout le monde a oublié son devoir à la maison. Et parlons de Laurent Batlles, qui a réussi l’exploit de rater son match et son après-match. On ne sait pas s’il avait pris un raccourci pour arriver à la catastrophe, mais il a certainement trouvé le chemin le plus court vers la déception totale. Nous avons donc aussi décidé de le noter.

Équipe première de l’AS Saint-Étienne (3)

Dès le début de la partie, l’ASSE a pris les devants et a réussi à contrôler le ballon. On aurait donc pu penser que le match se déroulerait sans encombre, mais c’est mal connaître les Verts version 2023-2024. La domination dans le jeu n’était qu’illusoire, puisque l’on a assisté à très peu d’occasions réelles. Pire encore, quasiment aucune action offensive n’a été correctement construite. La faute au milieu de terrain, très en deçà depuis quelques matchs, et surtout aux ailiers incapables de réussir quoi que ce soit. Chambost n’est clairement pas fait pour ce poste, tout le monde le sait sauf Laurent Batlles. Cafaro, quant à lui, a quasiment été inexistant et a semblé désintéressé de ce match. Au milieu de terrain, Bouchouari a été moins impactant qu’à son habitude et Tardieu n’a eu aucun impact. Tout cela conjugué ne peut permettre d’être efficace offensivement. Et c’est donc logiquement qu’Amiens a inscrit un but dans les dernières minutes de la première période par l’intermédiaire de Leautey. Green a encore une fois tenté une parade clownesque, et il n’a pas été aidé par ses défenseurs Pétrot et Batubinsika (son retour a tout de même fait du bien).

Tous les supporters imaginaient donc une réaction d’orgueil des Stéphanois au retour des vestiaires. Que nenni ! Ils ont continué à jouer à la baballe, Sissoko a tourné le dos aux cages adverses 80% du temps et les ailiers ont continué d’amener aucune vitesse dans le jeu. Briançon, le capitaine qu’on nous a vendu comme un guerrier, n’a influé aucune révolte et n’a pas tenté de réveiller ses coéquipiers. Il continue par contre de faire semblant de défendre efficacement en simulant des montées sur l’adversaire lors des contre-attaques. Il a bien raison de continuer à jouer de cette manière puisque personne, ni le staff, ni les supporters, ne le remettent en question. En attendant, l’ASSE joue sans vrai capitaine. Nous ne parlerons pas en détail des remplaçants, qui n’ont une nouvelle fois pas apporté grand-chose, même si Cissé et Rivera ont eu le mérite de tenter d’amener de la vitesse sur les ailes. Il faut tout de même noter l’attitude de Charbonnier qui n’est pas allé saluer les supporters à la fin de la rencontre, lui qui a pourtant été ovationné par ces mêmes supporters en début de saison. Il est donc à l’image de l’équipe qui n’a aucun amour-propre et aucun intérêt pour ce club. Ils ne se rendent pas compte qu’ils pourraient devenir des héros et vivre un rêve éveillé dans un club mythique s’ils décidaient de se bouger.

Laurent Batlles (2) :

Le coach stéphanois s’est trompé sur son onze de départ. La titularisation de Chambost sur un côté est absolument incompréhensible. Il n’a pas la vitesse pour être efficace sur l’aile et n’est pas en confiance sur ce poste. Il avait déjà été en difficulté face à Laval lors de sa dernière titularisation à ce poste. Rivera, même s’il n’est pas parfait, apporte toujours beaucoup plus et est un spécialiste du rôle. Batlles a ensuite eu du mal à gérer son match. Les remplacements ont soit été tardifs, soit inefficaces. Comment est-il possible que Bouchouari qui est le seul milieu impactant sorte aussi rapidement ? Comment est-il possible de ne pas faire rentrer Rivera et Cissé alors que l’équipe manque clairement de vitesse ? Comment est-ce possible de passer à 3 défenseurs centraux en gardant Pétrot comme piston ? Outre les changements loupés en cours de jeu, Batlles a très peu houspiller ses joueurs durant le match. Il n’a pas essayé d’amener de la révolte dans son équipe. Son manque d’entrain et de dynamisme devient un problème. Son équipe est à son image et ce n’est pas une attitude qui permet de se remettre d’aplomb et de jouer la montée.

Son après-match a aussi été loupé. Lors de son interview auprès de BeIN Sport, il a estimé que ces joueurs ont fait un match correct. Est-ce une stratégie de communication ou pense-t-il vraiment que son équipe a été digne et s’est battue pour ramener un résultat d’Amiens ? Difficile à dire. En tout cas, cela amène du doute auprès de tous les supporters et sûrement aussi auprès des dirigeants du club.