Mis à l’écart durant de longues semaines en début de saison après une première partie de préparation pourtant réussie, Ryad Boudebouz n’a pas trouvé de porte de sortie lors du mercato et a été réintégré au groupe il y a peu de temps. Dans une interview accordée au quotidien Le Progrès, le milieu offensif revient sur cette épisode et explique qu’il sera toujours respectueux que ça soit envers le coach, son staff ou le président (Romeyer).

Prouver sur le terrain

« J’ai envie de kiffer ci, à Saint-Étienne. La saison précédente s’est arrêtée en mars quand je commençais à être vraiment bien. Après, il y a eu ce qu’il y a eu. Je n’ai pas bien perçu le fait que le coach souhaite que je parte. Je me sentais bien physiquement pendant la préparation. J’ai marqué, fait des passes décisives. Mais il y a le coach, le club. C’est toujours une question de respect. Le club te paie. Je ne suis peut-être pas d’accord avec lui mais ce que je dois faire, c’est sur le pré. Le peu de chose que je peux lui montrer, ça doit être sur le terrain. »

Toujours avoir du respect

« Je ne suis pas là pour créer des problèmes et je ne suis pas cette personne-là. Si demain je dois quitter le club, je n’ai pas envie de partir en froid avec Claude Puel, son adjoint ou le président parce que j’estime qu’en dehors du foot, nous sommes des personnes et nous nous devons le respect. On est humain et même si c’est parfois dur, j’essaie d’avoir une ligne de conduite. Avec l’âge, tu apprends. Il y a aussi l’éducation que la famille te donne : toujours respecter, même si tu n’es pas d’accord. »