Le capitaine légendaire de l’ASSE s’est exprimé dans les colonnes du Quotidien du Sport. Comme à son habitude, il n’a pas pu s’empêcher de parler de son club de cœur, avec plus ou moins de mauvaise foi. Il a évoqué plusieurs sujets, notamment la vente du club et le manque de respect envers les anciens

Un manque de respect pour les anciens

« Quand je suis arrivé à Saint-Etienne, je connaissais les anciens. Je suis allé vers eux et je les ai salué avec beaucoup de respect. Quand nous sommes allés à Saint-Etienne pour l’hommage fait à Salif Keita, puis ensuite à Georges Bereta, nous étions sur le bord de la pelouse au moment où l’équipe de Ligue 2 s’échauffait. Il y a un seul joueur qui est venu saluer Curkovic, Piazza, Rocheteau et compagnie, un joueur ! Tous les autres ne savent pas qui on est. Ils sont d’une inculture abyssale ! « 

Rien de positif dans le club

« Là, non seulement la situation sportive est mauvaise, mais il n’y a rien. C’est le néant complet ! C’est le néant ! Ils sont en milieu de tableau, avec déjà 5 défaites à domicile. Ce qui est paradoxale, c’est que, chez les jeunes, Saint-Etienne a plutôt des bons résultats dont c’est après qu’il se passe quelque chose qui ne va pas. »

Une vente impossible

« Il n’ y a pas d’acheteur ! Les dirigeants mettent aussi peut ètre la barre trop haute. Le club est sur-dimensionné pour un club de Ligue 2. Rendez-vous compte : à Saint-Etienne, il y a 300 salaires à sortir chaque mois. A Brest, en Ligue 1, ils sont à 117. Les investisseurs, si c’est pour aller aux Prud’hommes pour 150 suppressions d’emplois, ça les refroidi. »

Jean-Michel Larqué a donc une bonne analyse de la situation du club. Cependant, il omet quand même de mentionner que des offres de rachat ont été formulées et que la direction, dont son ami Romeyer, a tout fait pour qu’elles n’aboutissent pas.