Venu en fin de mercato pour remplacer numériquement Stéphane Diarra, Nathanaël Mbuku est aussi arrivé pour redonner vie à une attaque morose. Traînant l’étiquette d’espoir déchu depuis son départ du Stade de Reims, l’ASSE et le joueur avaient tout à gagner de cette opération. Après des débuts complexes, le joueur semble être monté en puissance au fil des semaines. Au point d’être un des sauveurs de l’ASSE lors de ces barrages !

Des débuts très décevants…

A son arrivée, il a bénéficié de la chance de montrer ses qualités mais surtout de l’opportunité de se remettre en jambe. Cependant très rapidement, il prend un train de retard sur Irvin Cardona et surtout sur Mathieu Cafaro, son concurrent principal, qui monte en puissance. Ainsi, en dehors du match face à Bastia où il est impliqué sur trois buts, sa présence dans le onze de départ est souvent anecdotique.

A tel point que sa présence en tant que titulaire semble davantage être « par défaut » que méritée. Pendant plusieurs semaines Olivier Dall’Oglio a joué de la concurrence entre lui et Mathieu Cafaro pour tirer le maximum de leur potentiel. Quand le second cité semblait surtout très emprunté physiquement, Mbuku donnait l’impression d’être bloqué face à son football. Souvent maladroit, accumulant les mauvais choix et incapable de faire des fulgurances dont il a le secret.

Un rôle de SuperSub qui lui va bien ?

Cependant le jeune ailier français semble être associé à une certaine inconstance. Lors des 90 minutes d’un match, mais encore et surtout d’un match à l’autre. C’est une caractéristique que l’on retrouve souvent chez les jeunes joueurs qui doivent prendre en épaisseur et en maturité (souvenez-vous Arnaud Nordin...).

La rapidité d’exécution et la proximité entre le pied et le ballon dans les petits périmètres sont de gros points d’amélioration de Mbuku sur les dernières semaines

Cela tombe bien puisqu’Olivier Dall’Oglio disait justement après les barrages « Les garçons ont pris beaucoup de maturité sur les dernières semaines, ils sont plus forts mentalement. » Pour preuve, Mbuku nous a montré des qualités que nous n’avions pas encore vues chez lui depuis son arrivée au club. Vivacité, justesse technique mais surtout des qualités de dribbles et de percussion qui semblaient avoir disparu ! Résultat, lorsque le joueur entrait en fin de match ces dernières semaines, il apparaissait comme un danger critique pour les défenses adverses.

Mbuku montre deux choses intéressantes sur cette action. De la combativité déjà, puisqu’il se relève très vite, et une intelligence de jeu certaine : il se replace très vite pour ne pas être HJ, et joue sur l’incertitude du défenseur en orientant son corps vers le but jusqu’au tout dernier moment où il crochète pour passer la balle à Wadji. Il est très difficile de lire ses mouvements dans ce cas de figure.

De quoi l’attirer de manière permanente au club ?

Rien n’est moins sûr, pourtant, que son transfert définitif à l’ASSE. Alors que les rumeurs et les interviews vont bon train concernant Irvin Cardona, rien n’est dit sur Mbuku. Le joueur ne s’est pas exprimé à ce sujet, tout comme les dirigeants stéphanois. Il faut rappeler qu’avant ces barrages, l’ailier était loin d’être un des hommes forts de l’équipe verte.

Rappelons que le joueur a joué seulement la moitié des minutes possibles et souvent avec un rendement insuffisant. A côté de ça, ses dernières prestations ne sont pas sans rappeler le jeune joueur exceptionnel qu’il semblait être du côté de Reims, avec un potentiel incroyable. Il correspondrait de plus aux critères de recherche du recrutement de la nouvelle direction sportive : un jeune à fort potentiel qui ne coûte pas très cher, et qui pourrait accompagner la progression de l’équipe.

Reste à savoir déjà, si le coach voudra le conserver. Ensuite, cela dépendra des conditions demandées par son club d’origine et surtout de la volonté des dirigeants stéphanois de l’inclure dans le projet.