Au sortir d’un match compliqué contre Valenciennes se soldant par un 0-0, le coach stéphanois Laurent Batlles s’est exprimé devant la presse. Il est notamment revenu sur les absents, le manque d’automatismes, et le jeu stéphanois. Des propos relayés par le site d’informations Evect et que nous vous partageons ici.

« Au vu notamment de la seconde mi-temps, avec notamment le pénalty arrêté, un point c’est déjà pas mal. Pour autant, ce n’est pas suffisant. La première mi-temps n’était pas si mauvaise que ça, beaucoup plus correct que ce qu’on a fait à Annecy. En seconde, on a manqué de folie, de beaucoup de choses notamment dans le domaine offensif, ce qui ne nous a pas permis de prendre les trois points. On a beaucoup parlé et travaillé sur l’aspect défensif, au vu de ce qu’il se passait notamment la saison dernière avec les buts encaissés, et d’être dans le déséquilibre. Pour autant, je l’assume ce déséquilibre parce que je n’ai pas envie de voir des matchs comme j’ai vu ce soir. J’ai envie de voir des attaques, des centres, des tentatives de dribbles. Je leur dis de prendre des risques. Est-ce qu’aujourd’hui on en a la capacité ? Je ne sais pas. Il faut trouver des automatismes, des relations dans les petits périmètres. Contre des blocs assez regroupés il faut être propre dans la justesse technique et ce soir peut-être qu’on ne l’a pas assez été et peut-être pas été assez joueur. Il faudrait beaucoup plus l’être, en ne réfléchissant pas trop. À un moment donné, la réflexion annihile la performance. »

« De façon individuelle et collective : on peut être performant individuellement et collectivement dans le jeu combiné. Ce soir, pour pouvoir le faire, il faut être beaucoup plus performant là-dedans. À la fois par du jeu individuel, des prises d’initiatives, mais aussi par du jeu à deux, à trois, à quatre et des déplacements qui peuvent faire mal à un bloc bas valenciennois.

Il y a quand même beaucoup de nouveaux joueurs, il y a aussi ces relations et ces automatismes que l’on doit avoir. Il y a aussi des joueurs qui revenaient de blessure, comme Charbo’ qui jouait son premier match en tant que titulaire. Il y a des associations à avoir. Il y a aussi, même si je ne vais pas me trouver d’excuses ce soir, le manque de profondeur du fait qu’on n’ait pas Ibra. Ça ne nous fait pas reculer les équipes adverses comme on peut le faire habituellement. C’est important pour nous de pouvoir rentrer tout le monde et de trouver des automatismes entre nous. (…) Sissoko a aussi la capacité de le faire, il le faisait. Pour pouvoir aborder la profondeur, il faut aussi faire sortir l’équipe adverse et quand il y a un bloc bas, on ne peut pas trouver énormément de profondeur. Par contre quand on récupère des ballons dans notre camp, comme on a su le faire par moment, il y a peut-être un autre jeu à avoir qu’aujourd’hui. En ayant des joueurs plus d’appuis, on a moins de profondeur notamment dans l’axe. Sur les couloirs, ça peut arriver mais ce sont des joueurs qui disputaient aujourd’hui leur premier match. Il faut aussi trouver des bonnes associations. »

« Je pense qu’on est prêt : au vu de ce que je vois et notamment dans les stats, je n’ai pas de souci avec ça. Quand on fait le retour, notamment athlétique, on n’est pas loin de toutes les équipes, des joueurs battent même les records qu’ils avaient l’année dernière. Je ne suis pas persuadé que ce soit un problème physique. J’aurais préféré que sur les dix dernières minutes on joue davantage un match de Coupe de France. Il faut jouer un peu plus direct, il faut aller chercher les seconds ballons, mettre un peu plus de folie. Aujourd’hui, on est un peu trop scolaire par moment et moi ce n’est pas ce que je veux dans ma conception du football. (…) De toute façon si on veut prendre des points, il faut faire plus et il faut être beaucoup plus performants offensivement, quitte à être un peu plus déséquilibrés. L’année dernière, on prenait des buts mais on en mettait et je préfère voir ces matchs-là que de voir des 0-0. Même si c’est mon avis et que peut-être que d’autres voient les choses autrement, en ne prenant pas de but pour atteindre un objectif. »