Depuis toujours la description de la composition d’équipe existe pour définir au mieux non pas la tactique employée mais la façon dont un entraîneur place ses dix joueurs de champ sur le terrain. 4-3-3, 3-5-2, 4-4-2 losange (ou diamant comme disent les anglais, qui ont plus d’argent) ; ces chiffres donnent une vague idée de ce que l’on va apercevoir de la part d’une équipe durant un match. Ou plutôt c’est ce que l’on pense, puisqu’un schéma n’est rien d’autre qu’une façon très vague et peu factuelle de décrire ce qu’un entraîneur veut mettre en place. Le facteur qui importe le plus est plutôt le rôle de chaque joueur sur un terrain. Voyons ensemble la nuance entre les trois termes que sont poste, profil et rôle. 

Qu’est-ce qu’un schéma tactique ?

Un schéma tactique c’est une façon de positionner onze joueurs sur un terrain. Ce qui importe derrière cela c’est le système de jeu. Ce dernier se base sur la volonté de l’entraîneur, les qualités des joueurs, selon leur profil, pour déterminer leur “rôles” (que nous définirons plus tard), dans le but d’établir un équilibre ou un déséquilibre qui vise à déjouer les plans de l’équipe adverse. 

Exemple : Jouer avec de longues chandelles sur un 9 qui fait 2 mètres et qui sait bien remiser de la tête, c’est un système de jeu. Savoir dans un premier temps que ce 9 est placé dans un 4-3-3 ne nous apporte rien en soi et ne nous laisse pas deviner qu’on va s’ennuyer à mourir pendant quatre-vingt-dix minutes. Ne criez pas au scandale, je plaisante.

Le schéma tactique, le positionnement des joueurs “sur le papier” n’est que la base, la fondation de ce que veut mettre en place un entraîneur. Il sera ensuite libre de le dynamiser comme il l’entend, de le rendre flexible, de le faire évoluer au cours d’une saison ou au cours d’une rencontre. Le manager sait ce qu’il attend de son équipe dans son ensemble, mais il faut pour cela qu’il donne à chaque joueur un rôle, qui permettra à chacun de remplir certaines tâches adaptées au système de jeu mis en place afin de le faire fonctionner au maximum de son potentiel. 

Qu’est-ce qu’un poste ?

Dans un schéma tactique à onze contre onze, il faut bien évidemment placer onze joueurs de son côté. Un gardien puis onze joueurs de champ. Défenseur central, milieu gauche, ailier droit sont des postes parmi d’autres qui régissent simplement le placement théorique des onze acteurs au coup d’envoi du match. Les joueurs les plus polyvalents peuvent jouer à plusieurs postes mais leur réussite dépendra de leur profil de jeu et du rôle que donnera l’entraîneur à ce poste. 

Qu’est-ce qu’un rôle ?

Un rôle c’est un ensemble de tâches à effectuer pour un timing donné. Exemple : en phase de récupération tu couvriras la largeur devant la défense et tu tenteras d’intercepter le ballon sans te jeter et en phase de construction tu monteras sur la même ligne que les attaquants. 

Le rôle dépendra donc en partie de ses qualités, de ses défauts, de son poste et de ce qu’attend l’entraîneur de lui. En clair pour qu’un joueur réussisse dans son rôle, il faut que ce dernier corresponde à son profil de footballeur. Dans le monde du football qui évolue chaque jour un peu plus, de nouveaux profils de joueurs arrivent, avec de nouvelles qualités, de nouvelles capacités, ce qui peut laisser libre court à l’imagination des entraîneurs. Un des meilleurs postes pour vous donner un exemple serait selon moi le “6”. Quel nom de joueur vous vient à l’esprit ? Personnellement j’en ai deux, Andrea Pirlo et N’golo Kanté. Nous nous accorderons que ce sont deux joueurs bien différents sur énormément d’aspects mais qui, pourtant, jouent au même “poste”. N’Golo Kanté est un joueur ultra physique, dans le sens où il a un cardio et une endurance hors du commun, en plus d’être très vif et agile sans ballon, capable de changement de directions très rapides  et avec une envergure d’action énorme. Cela caractérise son profil “omniprésent” sur un terrain. De son côté Pirlo est clairement LE regista qu’on est obligé de citer. Il est la référence des meneurs de jeu reculés. C’était un joueur avec de grandes qualités techniques, capable de jouer au chef d’orchestre comme personne et donc très précieux à la construction du jeu. Il paraît donc évident qu’un entraîneur qui possèderait deux joueurs avec des profils si différents n’en ferait pas le même usage. De même, ces joueurs ne sont pas faits pour jouer dans le même projet de jeu, ils n’ont pas les mêmes qualités et si l’un ou l’autre jouait en 6, le schéma de jeu en serait grandement changé parce qu’ils n’ont pas le même profil de jeu.

Qu’est-ce qu’un profil de jeu ?

Un profil de jeu c’est l’attitude, et par la même les qualités et les défauts, que montre un joueur sur un terrain. S’il est rapide, s’il est intelligent, s’il a une bonne  vision du jeu, s’il est costaud, endurant, etc… Grossièrement dans le monde du football les joueurs sont soi catégorisés « techniques » soi catégorisés « physiques ». Ce n’est évidemment pas une réalité puisqu’il existe à peu près autant de profil que de joueurs. 

Pour définir le profil d’un joueur il faut analyser en détails tous ses qualités et ses défauts sur un terrain, parfois même en dehors (leadership, professionnalisme entre autre). En cela les data sont de plus en plus importantes car elles permettent de « visualiser » les qualités et les défauts d’un joueur à un instant T. Que le joueur soit plus efficace en titulaire ou en remplaçant entre aussi en compte (le principe du « super-sub »). 

Le profil d’un joueur, c’est ce qui permet à un coach de lui imaginer un rôle sur le terrain, dans son système de jeu. Exemple : Ce milieu de terrain a une très bonne vision périphérique, un grand sang-froid, une bonne qualité de relance associée et de bonnes capacités défensives, je le placerai volontiers en relanceur juste devant les centraux pour les matchs où nous sommes sous pression. Je grossis énormément le trait car bien d’autres paramètres entrent en compte mais globalement c’est l’idée.

Pourquoi est-ce important de connaître et différencier chaque terme ?

Un poste, c’est utile pour savoir dans quel contexte peut s’exprimer un joueur. Un rôle, c’est important pour savoir comment peut s’exprimer un joueur. Les deux peuvent évoluer selon le temps et le contexte et se trouvent liés par la nécessité de connaitre le profil du joueur cité. Par exemple, ce qu’on attend d’un latéral aujourd’hui est entièrement différent de ce qu’on en attendait il y a 30 ans. Dans le passé le rôle du latéral était principalement de défendre, aujourd’hui son rôle est plutôt d’attaquer. Les jeunes latéraux vont donc être formés à ça, beaucoup d’ailiers de formations vont être « reconvertis » latéraux, etc… Les Alphonso Davies, Trent Alexander-Arnold et autres Jõao Cancelo sont reconnus pour leur vitesse, leur capacités de percussion, leur qualités pour s’impliquer dans le jeu mais leurs qualités défensives sont plus rarement citées. Et cela s’explique par le fait que les joueurs « formés » défenseurs latéraux existent de moins en moins, ce sont le plus souvent des ailiers reconvertis donc leur part défensive de l’apprentissage est plus souvent mise de côté. Ce rôle a évolué en même temps que les tactiques des entraîneurs qui font leurs équipes différemment. Nous voyons aujourd’hui un jeu de plus en débridé vers l’attaque, porté par la transition verticale rapide. La capacité à briser des lignes par le dribble, la vitesse du joueur est de plus en plus mise en avant pour les joueurs de côté, tandis que pour les joueurs d’axe, on souligne leur capacité à « savoir tout faire », cela facilite la tâche de l’entraîneur 

Le rôle des entraîneurs

Le rôle de l’entraîneur dans ce débat, est de choisir certains profils à chaque poste, en fonction de ce qu’il veut mettre en place. C’est pour cela qu’il est important de placer un contexte particulier quand un entraîneur arrive dans un club. Il aura pour rôle de maximiser les compétences de chaque joueur en fonction de ce qu’il peut lui apporter. Il voudra également apporter d’autres profils à différents postes pour se procurer différentes possibilités de schéma de jeu. 

S’il joue à trois défenseurs, il aura peut-être besoin d’un libéro, d’un défenseur rapide et d’un costaud, ou il voudra seulement trois défenseurs avec une bonne relance. S’il veut un double pivot au milieu ou trois joueurs, ce seront également des profils différents pour trouver un équilibre de son côté, et provoquer un déséquilibre dans l’équipe d’en face. 

 Les possibilités sont multiples mais pour être plus juste dans une analyse extérieure, il faut prendre ces détails en compte. Il est important de regarder un joueur dans son ensemble avant de porter un jugement sur lui, de comprendre tous les paramètres qui peuvent affecter son réel niveau de ce qu’on dit de lui. Cela affecte également le monde du mercato. Beaucoup de rumeurs circulent de tous les côtés sans parfois aucune logique de profil, avec des joueurs qui semblent inadaptés à l’entraîneur en place. Il y a un certain besoin de réflexion sur les rumeurs ou les joueurs déjà en place pour se demander s’ils sont adaptés ou non. Mais nous n’avons bien évidemment pas tout le savoir d’un entraîneur professionnel qui verra des choses que nous ne verrons peut-être pas, d’autant plus qu’il est au contact des joueurs. 

Pour conclure, je pense qu’il est important de bien comprendre à quel point un joueur est bien plus que son poste, ou pas seulement physique mais qu’il est un ensemble de paramètres qui sont tous appréciables sous un certain angle pour mieux aimer le football et toute son envergure.