News

Honorat se livre au sujet de Puel et des problèmes internes à l’ASSE

Parti l’été dernier à Brest pour 5 millions d’euros après seulement une petite saison en Vert, Franck Honorat réalise de superbes performances en Bretagne et fait partie des joueurs les plus décisifs de Ligue 1 (ndlr : 8 buts/5 passes décisives en 27 matchs). Dans une interview accordée à Onze Mondial, l’ailier de 24 ans revient sur son passage à l’ASSE mais se livre aussi sur Claude Puel et les problèmes internes dans le club stéphanois. Extraits.

Des débuts compliqués

« Je fais une préparation moyenne, je ne joues pas spécialement. Ghislain Printant ne me prend pas dans le groupe au premier match, je joues en CFA et je me fais une fracture de la mâchoire avec commotion cérébrale. Du coup je suis arrêté environ un mois en raison du protocole. Je reviens et 2-3 semaines après je prends un coup à la cheville. On me recoud, je m’entraine et je continue d’avoir super mal. Un matin je me réveille je n’arrive pas à poser le pied par terre. En fait l’os s’était infecté, j’ai dû prendre des comprimés. Puis quand je reviens, Saint-Étienne a changé de coach et je retrouve Puel ! C’est Jean-Louis Gasset qui m’a fait signer à l’ASSE. Je l’avais rencontré à Saint-Etienne. Je l’ai revu cette saison avec Brest contre Bordeaux, il m’a dit « oh je fais signer un joueur et je ne l’ai même pas vu » (rires). »

Un premier match qui a convaincu

« Je me dis qu’au pire des cas, avec un changement de coach tout repart à zéro. J’ai commencé à faire de bons entrainements, à être mieux physiquement même si c’était dur car je m’entraînais pendant des mois et les veilles de match je faisais l’échauffement puis avec 2-3 joueurs on partait sur le côté faire du physique pendant que les autres faisaient de la mise en place. On faisait des frappes avec le 3ème ou 4ème gardien et je revenais le dimanche avec d’autres joueurs s’entraîner. J’étais un peu à la cave quoi. Puis il y a dû avoir un blessé et j’ai été dans le groupe. Mon premier match face à Nantes je joue piston, pas du tout mon poste donc, je n’y avais presque jamais joué de toute ma vie. J’ai fait un bon match et j’ai enchainé presque tous les matchs jusqu’au confinement. »

Un joueur malheureux à Sainté

« J’étais content de retrouver Claude Puel, c’est lui qui m’avait fait signer pro, m’avait donné ma chance et je l’en remercie. Il m’a permis de me faire voir, mais vu comment la saison s’est terminée, je suis parti. En interne et niveau football je n’étais plus heureux, je ne prenais plus de plaisir. Je savais que j’allais avoir moins de temps de jeu, que ce serait plus compliqué pour moi, et vu la tournure que prenaient les choses à Saint-Étienne… On l’a vu depuis deux ans avec ces changements de coach, depuis le départ de Jean-Louis Gasset, c’est parti un peu en cacahuète. Personnellement je pense que j’ai fait le bon choix. Ici je suis épanoui, je suis heureux. Je fais la meilleure saison de ma carrière pour le moment. je marque, je fais des passes dé, je prends du plaisir aux entraînements, c’est familial, c’est chaleureux. Tout est réuni pour que je continue à m’épanouir, et à continuer sur ma lancée. Si j’étais resté à Saint-Étienne, je ne pense pas que j’aurais fait une saison comme celle-ci à Brest. »

Mal utilisé

« Le climat actuel à Saint-Étienne empêche les joueurs de s’élever ? Ouais, tout ce qu’il se passe en interne, ces changements… Et puis je ne jouais pas mon poste. Ici je suis arrivé, j’ai appris à jouer à l’intérieur du jeu, ce que je n’arrivais pas trop à faire auparavant. Je restais plus sur le côté et j’accélérais tout droit. Maintenant je sais alterner, j’ai ma vitesse qu’il ne faut pas que je perde mais j’arrive aussi à rester à l’intérieur et marquer des buts. À Saint-Étienne, je jouais piston. Je ne pouvais pas jouer piston et montrer mes qualités. On me demandait de défendre et d’attaquer comme un fou, c’est impossible de tenir un match comme ça. »

Des joueurs bouleversés par la méthode Puel

« Les critiques concernant le discours de Claude Puel ? Je comprends que ça puisse être compliqué car j’ai été à l’intérieur du vestiaire. Quand on arrive et qu’on essaye de tout changer, ça fait une vague qui bouleverse tous les joueurs, tout ce qu’il se passe en interne. Je pense et je l’ai déjà dit, que Puel est venu, et qu’il essaye de changer des choses, les faire à sa manière, mais ce n’est pas en un claquement de doigts que tout va changer. Je pense que tout ce qu’il est en train de faire et ce qu’il veut mettre en place, ça ne se verra pas avant deux ans. On l’a vu à Nice, mais ça a marché parce qu’il était là depuis longtemps et qu’on avait un vrai bon centre de formation, de vrais bons joueurs, et la façon dont il met en valeur les jeunes, leur fait confiance, il faut du temps. Chaque coach a sa manière de bosser. »

Puel pas assez humain ?

« La méthode de Pascal Gastien à Clermont me convenait vraiment. Il était plus dans le côté humain, il parlait vraiment avec ses joueurs. Il te criait dessus, mais derrière t’expliquait ce qui n’allait pas. Il y avait aussi de la déconnade, de la bonne ambiance… C’était cool, on prenait du plaisir. Quand je suis repassé à Puel, je me suis dit que ce n’était pas cette méthode qui me convenait. C’est pour ça que j’ai décidé de partir. Ici à Brest c’est un coach qui me fait confiance, j’ai besoin de ce côté humain, de voir qu’on me fait confiance. Mais partout où on passe, on apprend. Même si dans certains endroits ça se passe moins bien, on apprend de chaque entraîneur, chaque entraînement. J’ai appris partout. »

(0 commentaire)

  1. Rien à dire tu as tout dit de notre sois disant entraîneur, je suis content pour toi ,ta réussite avec brest prouve encore une fois que puel est mauvais et fait n importe quoi depuis son arrivée chez nous.

  2. Humilier un joueur ne la jamais fait progressé ! Tous les propos des anciens joueurs vont dans le même sens et sont accablant pour PUEL. Si PUEL était aussi exigeant avec lui qu’il l’a été avec Beric, Honorat, Ruffier et bien ça fait longtemps qu’il aurait donné sa démission !!!! Que les résultats ne soit pas au rendez vous c’est une chose que tout supporter peut comprendre (erreurs de recrutements…) mais que le coach détruise par son comportement l’équipe ça c’est intolérable ! Qui des 2 co-présidents aura le courage de virer le destructeur de notre équipe et de notre club !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :