Le piston gauche Amiénois Antoine Leautey s’est exprimé à l’antenne de France Bleu Picardie sur l’émission la Tribune. Ses propos nous sont relayés par le 11 amiénois. Dans cette émission il s’exprime à nouveau sur l’ASSE mais aussi sur sa saison en cours avec Amiens. Voici quelques extraits :

« Il y avait deux options : rester à Amiens ou partir à Saint-Etienne. J’avais d’autres propositions, mais je ne voulais pas aller ailleurs. A un moment donné, c’était presque fait avec Saint-Etienne, mais je me sentais bien aussi à Amiens. Je joue au football, parce que j’aime bien les ambiances comme à Saint-Etienne, Lens ou Marseille. Et c’est vrai que quand je suis allé à Saint-Etienne j’avais les yeux grands ouverts. Je ne voulais pas partir pour partir, pour aller n’importe où. Un club comme Saint-Etienne pourquoi pas. Si ça ne s’est pas fait, c’est que ça ne devait pas se faire. C’est encore trop tôt pour le dire, mais on est sur quatre victoires en cinq matches. En aucun cas, je ne regrette pas mon choix. Si je n’y suis pas allé, c’est que ça ne devait pas se faire. »

« J’ai dit aux dirigeants que je me sentais bien à Amiens, mais que j’avais aussi une offre de Saint-Etienne. C’est très flatteur que Saint-Etienne s’intéresse à moi, mais ça l’est aussi qu’un club comme Amiens me prouve qu’il m’apprécie beaucoup. Je me sens très bien à Amiens, ce n’est pas de la langue de bois. En plus, avec la naissance de mon petit (ndlr : la naissance du petit Eden, le 24 août, le premier enfant de la famille Leautey), avec ma femme on connaît l’environnement et on est content d’être resté. Sportivement, je me sens bien au sein du vestiaire, il y a aussi eu de bonnes recrues et ça matche bien avec le coach. Si ça n’avait pas été le cas, je ne pense pas que je serais resté. C’est un ensemble qui a fait que je suis resté. »

Antoine Leautey s’est également exprimé sur les raisons de la réussite amiénoise actuelle :

« Le groupe est beaucoup plus mature, avec des joueurs plus âgés, et je trouve que ça se sent sur le terrain. La semaine dernière, on a fait un petit repas en équipe et on a vu que pas mal de joueurs avaient des enfants. Il y a beaucoup plus de pères de famille. On est aussi beaucoup plus solide défensivement. En Ligue 2, on peut faire un bon championnat quand on est solide comme ça. Omar Daf est un ancien défenseur, on a beaucoup travaillé sur l’aspect défensif. Quand on ne prend pas de but, c’est beaucoup plus facile. »