Natif de Feurs dans la Loire et joueur des Verts de 1991 à 1993, Didier Tholot a évoqué sa relation avec l’ASSE en conférence de presse hier. L’entraîneur palois s’est également exprimé sur le match de ce soir et sur la situation du club stéphanois. Extraits.

Pas une équipe qui se cherche tactiquement

« J’ai vu que l’entraîneur de Saint-Étienne, Laurent Batlles, a dit qu’on se cherchait tactiquement. Ce n’est pas le cas. Comme lui quand son équipe a pris des buts, on essaye de solidifier tout ça pour repartir de l’avant. On verra ce qu’on va mettre en place contre eux. En tout cas on tombe contre une équipe qui a fait un recrutement important en fin de mercato, qui a battu Bastia 5 à 0. Mais on ne peut pas parler de dynamique, la dynamique pour moi c’est 4, 5, 6 matchs. À nous d’être performant, de mettre les mêmes valeurs qu’à Caen. Ce sera important d’être présent sur tous les ballons, de se battre et d’être tous ensemble. Après le reste on va le retrouver. »

Un retard plus important pour l’ASSE que pour Pau

« J’ai discuté avec un confrère du Progrès, je pense que le retard pris est plus important pour Saint-Étienne qui joue la montée que nous qui jouons le maintien. Les Stéphanois sont obligés d’enchaîner pour essayer de recoller parce que ça va assez vite devant. Même si aujourd’hui on s’aperçoit que dans ce championnat, après sept journées, les équipes de tête ont déjà laissé sept points ! L’année passée je pense que Toulouse était certainement beaucoup plus haut. Quand tu vois que Sochaux perd à Bastia, Dijon à domicile contre Annecy… Tout le monde peut gagner contre tout le monde. Nous, il nous manque ce déclic de victoire. »

Un match qui représente beaucoup de choses pour Tholot

« Cela représente pas mal de choses pour moi de jouer Saint-Étienne. J’étais gamin lorsque j’écoutais les Verts de 76 dans la voiture de mon père. J’ai ma maman qui habite Saint-Étienne, mes frères qui sont de Saint-Étienne. J’ai mes neveux qui sont à Saint-Étienne et qui sont des fous de Sainté. Ça me ferait plaisir de faire un petit pied de nez quand même afin de les inciter à quelques fois changer de maillot (rires). Saint-Étienne reste un club mythique, ça n’a rien à foutre en Ligue 2. C’est fantastique quand tu joues à Geoffroy-Guichard. C’est une autre dimension, on ne peut pas comparer. J’ai joué des matchs à guichets fermés, tu as 48 000 personnes, je peux te dire que lorsque tu rentres avec les deux kops qui se répondent, c’est fantastique. Nous on a notre stade à taille humaine et quand les supporters font du bruit c’est intéressant aussi. Mais tu as le petit poucet et l’ogre qui est Saint-Étienne. Sur un match de football, le petit poucet peut aussi donner du fil à retordre à l’ogre. »

Être déterminé

« Si tu n’es pas déterminé chez toi en recevant l’AS Saint-Étienne, tu sais ce que ce club représente, en direct sur beIN Sports… Tu peux montrer à la France entière que Pau est là, va exister. Si tu n’es pas motivé pour ça, il vaut mieux arrêter tout de suite et aller travailler à Leclerc, sans être péjoratif. Pour moi, ce match là ne doit être que du bonheur pour les joueurs. Il n’y a aucune pression. On peut par contre mettre la pression sur les épaules de Saint-Étienne. »

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 41,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.