Attaquant de l’ASSE de juillet 2004 à janvier 2007, Frédéric Piquionne connaît assez bien le club et s’est exprimé au sujet de la situation actuelle dans une interview accordée au site Le Quotidien Du Sport. Celui qui est aujourd’hui consultant sur RMC regrette notamment la période salary cap instaurée par les Présidents sous Galtier et donne ensuite son avis sur Claude Puel. Extraits.

Delort loupé à cause du salary cap

« C’est triste. Saint-Étienne n’est pas à sa place… Malheureusement, c’est un club qui est dirigé par deux présidents qui, depuis de nombreuses années, n’ont pas la même façon de voir les choses. Ce qui a fait beaucoup de mal au club, c’est le fameux « salary cap » qui a été instauré. Même si c’était un faux salary cap, avec des primes importantes pour compenser, il a fait fuir des joueurs… C’est bien beau de proposer des salaires à 80 000 euros par mois avec des primes à partir de 10 matchs joués, une autre à partir de 20 matchs… Mais si vous vous blessez ? Vous n’avez aucune garantie. A l’époque de Galtier, c’est ce qui a fait qu’un joueur comme Andy Delort n’est pas venu. »

Entourer les jeunes avec des joueurs d’expérience

« Il est manager général, ce qui implique que tout passe par lui. Mais il ne peut pas tout assumer, il n’a pas le temps. C’est un entraîneur qui a des idées, avec une forte personnalité, mais ça ne suffit pas. Il ne peut pas tout faire. Il a voulu faire son équipe autour des joueurs qui ont gagné la Gambardella, avant de se rendre compte que ce n’était pas viable. Pourtant, à Saint-Étienne, il y a de très bons jeunes. Mais il faut les entourer, les encadrer avec des joueurs d’expérience. »