News

Piazza : « Grâce à Saint-Étienne, il y a eu un changement de mentalité dans le football français »

Quarante cinq-ans jour pour jour après la finale de Coupe d’Europe des Clubs Champions perdue à Glasgow face au Bayern de Munich, l’un des argentins les plus connus de Saint-Étienne, Osvaldo Piazza, a évoqué l’ASSE et s’est remémoré de vieux souvenirs dans une interview accordée à l’AFP et rapportée Infobae.

De nouvelles mentalités dans le foot français grâce à l’ASSE

« Grâce à Saint-Étienne, il y a eu un changement de mentalité dans le football français. On misait sur les entraînements, 90% des joueurs de l’équipe étaient formés au club. Nous faisions les voyages en avion, nous avions les meilleurs vestiaires, les meilleures baignoires, les meilleurs massages… »

Une équipe solidaire

« J’étais ravi de jouer pour Saint-Étienne, j’ai eu une opportunité dont j’avais toujours rêvé. Même si la ville n’était pas très jolie, l’équipe était importante à cause de ses titres précédents et c’était un club sérieux. Le championnat de France n’était pas un football d’équipe, l’individualisme régnait. À Saint-Étienne, cependant, il n’y avait pas de stars, c’était une équipe qui se battait, solidaire. »

Le plus important ? Les résultats !

« Jusqu’ici, en Europe, le football français appliquait la citation de Pierre de Coubertin, père des Jeux Olympiques modernes : « L’important, c’est de participer. » Tout le monde voulait avoir les Français pour rivaux, ils étaient très faibles. Mais à Saint-Étienne il fallait concourir, l’important était le résultat. »

Tout a changé avec l’ASSE

« Nous avions bien préparé la finale de Coupe d’Europe, nous avons combattu, nous avons livré tellement de duels pendant le match que je ne suis même pas allé recevoir la médaille de finaliste. Je ne l’ai jamais eue, je ne sais même pas qui l’a prise. Les joueurs du Bayern n’étaient pas supérieurs à nous mais ils avaient une force et une concentration qui les ont fait gagner. On a descendu les Champs-Elysées après notre finale de Coupe d’Europe. Aujourd’hui, nous sommes étonnés de l’impact que cela a eu. Jusque-là, le rugby était le sport le plus suivi en France, ça a changé avec l’ASSE. »

propos lus sur poteaux-carres.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :