Tout comme Bernard Caïazzo, Loïc Perrin s’est exprimé aujourd’hui dans un portrait dédié à Christophe Galtier sur le site 20minutes.fr. L’emblématique capitaine stéphanois ne tarit pas d’éloges sur son ancien entraîneur et explique qu’il mène sa carrière avec grande intelligence. Il souligne également les merveilles qu’il a fait à l’ASSE avec des budgets peu élevés chaque année.

Un entraîneur fédérateur

« Avec lui, c’était un miracle permanent vu le budget qu’on avait. Sa dernière année, il était arrivé au bout de ce qu’il pouvait faire. À Saint-Étienne, il m’avait confié plusieurs fois que ça l’usait de devoir gérer autant de choses sur l’extra-sportif. À Lille, il a trouvé autre chose. À l’ASSE, il y a eu des moments de tension, mais comme Christophe est quelqu’un d’ouvert, à l’écoute, on a toujours trouvé une solution. Il sait renouveler ses séances, il sait manager un groupe, tirer le meilleur des joueurs qu’il a sous la main. C’est un fédérateur, je pense que c’est un mot qui lui correspond bien. Christophe a toujours eu en tête cet aspect de transition rapide chez nous. On travaillait ça avec Aubameyang ou avec Gradel. »

Pas encore reconnu à sa juste valeur à l’étranger ?

« À Lille, il a d’autres moyens pour recruter, donc tu prends de meilleurs joueurs pour coller à ton projet de jeu. Sa carrière de coach est intelligente, il ne grille pas les étapes, maintenant je ne sais pas s’il a assez de renommée à l’étranger pour prendre un club important. Par contre s’il continue comme ça encore une ou deux saisons avec Lille, pourquoi pas ? »