crédit photo : asse.fr

Dans une interview accordée à France Bleu Saint-Étienne Loire, Frédéric Paquet est revenu sur son passage dans le Forez et a évoqué le potentiel de l’ASSE. L’ancien directeur général stéphanois admet avoir un seul regret et donne également les raisons de son départ.

Aucune amertume

« Je n’ai pas d’amertume puisque quand je décide quelque chose je prends le temps d’y réfléchir et derrière je n’ai pas de regrets. Je retiens le potentiel du club qui aujourd’hui n’a pas les moyens de pouvoir concurrencer le haut du championnat. Pourtant par sa valeur, son histoire et pas mal de gens qui le compose c’est un club qui a un vrai potentiel par rapport au projet qu’il représentait. Le seul regret c’est de ne pas avoir pu aller au bout de ce qui avait été initié.« 

Pas tous sur la même longueur d’onde

« Pour mener des projets il faut que tout le monde soit sur la même longueur d’onde et qu’on ait tous envie de la même chose ce qui n’était pas forcément le cas. Il faut savoir rester à sa place : je n’étais que le directeur général, qu’un salarié du club. Il faut aussi être conscient qu’on ne peut pas faire les choses contre la volonté des gens. Quand le constat est fait, on en tire les conclusions. »

Accepter ses moyens et les revendiquer

« L’ASSE est un club qui dispose d’une grande richesse de par ses valeurs, sa ville, de par le soutien et l’émotion qu’il crée. Il doit aussi pouvoir se projeter dans le futur et accepter qu’il n’a que les moyens qu’il a. Comme la performance est liée aux moyens financiers, il faut savoir accepter ce que l’on est et le revendiquer haut et fort. Certains clubs l’acceptent et n’ont pas grand chose à faire valoir alors que l’ASSE a plein de choses à faire valoir. C’est l’idée du travail qui avait été entamé.«