Faisant visiblement office de priorité au poste d’avant-centre du côté de l’ASSE, Mostafa Mohamed est encore loin d’avoir rejoint les Verts, en témoigne les propos tenus à la télévision dernièrement par le directeur sportif de Zamalek, Ashraf Kassem. En effet, dans des propos rapportés par le site égyptien Youm7, ce dernier explique que le club ne souhaite pas encore vendre son attaquant car ils n’ont pas d’alternatives pour le remplacer et estiment qu’il serait mieux d’attendre la fin de saison pour obtenir de meilleurs offres.

C’est Zamalek qui décide !

« Il veut se faire un grand nom dans le football, il souhaite que son intérêt personnel prime mais c’est l’intérêt du Zamalek qui doit prévaloir. Mostapha doit avoir le sens des responsabilités. Il est possible qu’une plus grosse offre parvienne à la fin de la saison, le club et le joueur en bénéficieraient. J’incite Mostapha à rester calme, nous avons besoin de ses services actuellement, nous avons besoin d’avoir plus de trois attaquants dans l’effectif. C’est le club Zamalek qui reste décisionnaire, pas le joueur ou le club qui lui fait une offre. »

Pas de remplaçant d’un assez bon niveau ?

« Ce n’est pas le montant du transfert qui pose problème, c’est le fait de lui trouver un remplaçant de bon niveau. Il n’y a pas d’alternatives disponibles actuellement, le joueur doit le savoir. Notre club est engagé dans toutes les compétitions et nous avons besoin de Mostapha. Ce ne serait pas logique de le vendre alors que son remplaçant n’est pas encore disponible. Nous avons discuté avec le joueur pour lui donner un bon de sortie en fin de saison, cette échéance ne le satisfait pas mais l’intérêt du club passe avant le sien. »

Un coup de bluff ?

Il est tout à fait possible qu’il s’agisse également d’un coup de bluff pour tenter de faire augmenter les enchères et ainsi obtenir un montant plus élevé pour le jeune attaquant. N’oublions pas que Zamalek est en proie à d’importants soucis financiers et la vente de leur joueur le plus bankable paraît obligatoire en janvier.