Actualité

Le directeur départemental de la sécurité publique de la Loire revient sur les incidents d’ASSE-AJA

Le directeur départemental de la sécurité publique dans la Loire, Cédric Esson, a répondu dernièrement aux questions du journal Le Progrès en ce qui concerne les incidents ayant eu lieu dans le Chaudron après le match ASSE-AJA. Un entretien principalement réalisé pour répondre au club qui se demandait récemment dans les colonnes du même quotidien pourquoi aucune interpellation n’a encore été effectuée. Extraits.

Une affaire extraordinaire

« Le club n’est pas sans savoir que des affrontements extrêmement violents ont eu lieu pendant deux heures à la fin de la rencontre. Je dis bien deux heures. Impliquant des centaines de personnes qui se sont retrouvées sur la pelouse. Nous sommes donc contraints de faire la différence entre les personnes qui ont commis des délits et celles qui sont restées passives après avoir pénétré sur la pelouse. C’est un travail très long. Nous ne voulons pas commettre d’erreurs. Et si on se précipite, on risque de commettre des erreurs. Ce serait stupide d’interpeller des personnes si nous n’avons pas des preuves sur des comportements et des délits individuels, afin de leur imputer une ou des infractions caractérisées. Le club ne peut pas dire qu’il ne comprend pas. C’est mensonger (…) C’est une affaire extraordinaire qui nécessite des moyens extraordinaires. Quatre policiers travaillent en permanence sur cette enquête depuis le 30 mai. J’ai réuni plusieurs équipes pour la mettre en œuvre. Je l’ai présentée à l’autorité judiciaire. Encore une fois, le club ne peut pas dire qu’il ne sait pas tout cela. C’est une enquête longue et méthodique. Cela prendra le temps qu’il faudra. »

Des forces de l’ordre courageuses

« Le dispositif était suffisant au regard du risque. On l’avait anticipé et on avait construit un dispositif élaboré sur l’hypothèse d’un résultat sportif négatif qui pouvait aboutir à des débordements. Heureusement que l’on avait ce dispositif. Il faut se rendre compte du contexte d’extrême violence ce soir-là. Des voyous s’en sont directement pris au public et aux joueurs. Avec des tirs tendus de fumigènes, de mortier et de chandelles romaines dirigés vers des tribunes où se trouvaient des enfants et du public. L’intervention immédiate des policiers et des gendarmes a permis de refouler très rapidement les assaillants. Je tiens à dire qu’ils ont été courageux et qu’ils ont toujours répondu aux agressions de manière proportionnée. Je rappelle qu’il y a eu 19 blessés dans nos rangs et un fonctionnaire a subi un arrêt de travail de trois semaines. Si les forces de l’ordre n’avaient pas été là, je ne sais pas ce qu’il se serait passé. Le dispositif de sécurité mis en place a évité le pire. »

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 37,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.

(1 commentaire)

  1. Vu dans lequel se trouve le club , c’est une retrogation en régionale qui aurait été bien. Vu que ses deux boufons de présidents sont entrain de saboter le club pour la vente alors descendons dans les bas fonds des entrailles.

    Autre chose pourquoi SAINTÉ va pas Troyes et l’inverse? La aussi on va chercher des joueurs dans ce club non mais c’est du grand n’importe quoi? Batles est-il nostalgie de Troyes ? On se pose la question. Pour la vente plus d’espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :