crédit photo : asse.fr

Présents en conférence de presse ce midi, Timothée Kolodziejczak et Claude Puel ont évoqué le départ de Wesley Fofana dans des propos rapportés par les comptes Twitter du quotidien Le Progrès et d’En Vert Et Contre Tous. Pour notre numéro cinq, il n’y a rien à reprocher au jeune joueur car au final, le club a accepté et tout le monde y trouve son compte.

Le train est passé et Fofana l’a saisi

« Il faut vivre avec le départ de Wesley, c’est comme ça il avait envie de partir. On n’a rien à lui reprocher. Il va continuer sa progression en Angleterre, il a un fort potentiel. Un footballeur a des décisions à prendre. Parfois, le train ne passe pas deux fois. Le club a accepté, tout le monde a trouvé son intérêt, c’est bien. »

Garder Fofana ou mettre en danger l’ensemble du club

Pour notre entraîneur et manager général, la décision de le vendre à visiblement un peu plus de mal à passer car il sait que le club n’a pas vraiment les moyens de le remplacer. Il est tout de même conscient que cette vente était nécessaire pour la santé financière du club : « On n’aura pas plus de moyens même avec le transfert de Wesley. J’avais connaissance de la politique menée sur les dernières saisons. Très vite, on a défini un nouveau projet pour réduire la masse salariale et les pertes que le club pouvait avoir. Je m’opposais à ce qu’il s’en aille car je considérais qu’il n’était pas prêt à partir, qu’il était très important pour nous et qu’on avait pas les moyens de le remplacer. La question était de savoir s’il fallait garder Wesley ou mettre en danger le club et ses salariés. Il n’y a même pas de débat. Je n’en veux pas à Wesley. S’il n’y avait pas eu ces données économiques, il serait avec nous aujourd’hui, même avec cette offre de Leicester. ».