Interviewé aujourd’hui dans le quotidien L’Équipe pour parler du derby, Jérémie Janot a évoqué quelques souvenirs par rapport à ce match si spécial. Entre provocations, anecdotes et regrets, l’emblématique numéro seize stéphanois se livre sans concessions. Extraits.

Exciter les lyonnais, une passion pour Janot !

« Mon premier souvenir du derby date du 30 septembre 1995. Greg blessé au biceps, Gilbert Ceccarelli le remplace. J’ai 17 ans et je me retrouve sur le banc. À l’échauffement, Pascal Olmeta adresse un doigt d’honneur aux supporters stéphanois. Je me suis juré que le jour où je reviendrais à Gerland, comme titulaire, je le rendrais. C’est ce que j’ai fait, en 2000. Et même plus : j’ai montré mon cul. Les Lyonnais, je savais les exciter. »

Bien remonté avant le 100ème

« Dans le bus nous conduisant au 100ème derby, « Galette » (ndlr : Christophe Galtier) nous a passé en boucle une vidéo de Jolan42, un supporter. Aussi forte qu’une causerie, elle nous a fait grimper aux rideaux. Puis, en passant devant le vestiaire des lyonnais, on a vu des caisses de champagne. Ça nous a mis les boules. On s’est dit : « On ne va pas passer pour des cons, les gars ! » »

Une idée de génie irréalisable

« Mon plus grand regret ? L’OL vient de se faire éliminer par l’AC Milan en quarts de finale de la C1. Un joueur me glisse : « Jé, il faut que tu mettes un maillot du Milan. » Adidas, qui était aussi l’équipementier du Milan, m’en confectionne un. Je ne sais toujours pas comment, mais ça a fuité. Aulas et Houllier ont prévenu que si je le mettais à Gerland et qu’il y avait des débordements et des blessés, j’en serais responsable. Je n’ai donc pas pu le porter. C’est dommage. Ça aurait été beau de voir la réaction des Lyonnais. »

Un tacle dans les règles de l’art pour finir

« Les Lyonnais vont être avantagés dimanche car ils sont habitués à jouer sans public, ni ambiance. Les Verts, eux, ne savent pas ce que c’est.«