Joueur de l’ASSE de 1997 à 2000 puis de 2001 à 2003, Patrick Guillou connaît assez bien le club et en est même devenu un fidèle supporter. Malheureusement pour lui, et comme tous les supporters stéphanois, il vit avec beaucoup de peine la situation sportive des Verts depuis maintenant deux ans et n’hésite pas à régulièrement faire entendre sa colère concernant le travail de Claude Puel et le totem d’immunité qui lui est accordé. Dernièrement, c’est sur le site du quotidien Ouest-France que l’ancien arrière droit s’est confié et a une nouvelle fois taillé une veste à l’entraîneur castrais. Extraits.

Deux ans et demi de gâchis pour le club

« La situation est catastrophique et ne correspond pas aux ambitions annoncées par le club. On est sur un cycle de deux ans et demi avec Claude Puel, qui annonçait viser la Ligue des champions à l’issue de la troisième saison. Quand on regarde le classement aujourd’hui, on en est très loin, on est même plus proche de la Ligue 2 que jamais. Il avait pris le club à la dernière place et deux ans et demi plus tard, on en est au même point. C’est un énorme gâchis pour un club comme Saint-Étienne. »

Puel grandement responsable de la situation

« Je pense que le mal est profond mais comme Puel se revendique manager général et qu’il a les clefs du camion, qu’il est décisionnaire de tout, il est aussi responsable de la situation. C’est le coach qui après 50 matchs a le plus petit ratio avec 1,08 point par match. Ce n’est pas un instantané ou un cliché de photo, c’est un état des lieux sur une longue durée. À l’heure où l’on se parle, je suis incapable de dire de quelle manière joue Saint-Étienne et de donner l’épine dorsale. Ça change tout le temps et à force de changer, il n’y a pas de repères sur le terrain. »

Un manque de cadres

« Il faut toujours se poser les bonnes questions à l’ASSE. On peut faire semblant de ne pas voir et se dire que ça ira mieux. Ou on peut aussi analyser froidement la situation, avec du recul et dire pourquoi on en est arrivé dans ce cas précis. Ça fait deux ans et demi qu’on ne sait pas vers quel objectif le club va, à force de se séparer de joueurs cadres comme Beric, Ruffier, Moulin, Perrin ou encore Debuchy et Monnet-Paquet pour d’autres circonstances. Même s’ils n’étaient pas forcément des joueurs exceptionnels, c’était des points de repère. On laisse sur le terrain des jeunes joueurs, certes talentueux, mais qui n’ont pas prouvé qu’ils étaient capables d’avoir le niveau Ligue 1. Du coup, on se retrouve dans cette situation. »

Un entraîneur qui divise au lieu de fédérer

« Il n’y a plus beaucoup de joueurs avec qui le public peut s’identifier. Saint-Étienne a besoin de joueurs courageux, vaillants, capables de créer des étincelles pour qu’ensuite le public s’enflamme. À partir du moment où il n’y a plus ça que ce soit au niveau de la direction, de l’entraîneur ou des joueurs, ça devient compliqué. Quand je vois que les supporters réclament l’ensemble des joueurs et du staff à la fin du match, et qu’il n’y a que les joueurs qui doivent rendre des comptes aux Magic contre Nice… Le coach n’est pas venu et ça, ça ne passe pas inaperçu dans le vestiaire. Les grands entraîneurs qui ont réussi ont été ceux qui étaient fédérateurs. Aujourd’hui on a un entraîneur qui divise, même au niveau du public. »

Le derby ne déclenchera rien ?

« Le derby ? L’élément déclencheur de quoi ? L’année dernière, on est resté sur une série de sept défaite consécutives, ça n’était jamais arrivé dans l’histoire du club. Là, on en est à cinq. Il n’y a toujours aucune victoire, aucun fond de jeu, c’est ça l’élément déclencheur ? C’est clair qu’il y a des erreurs de concentration ou de jeunesse mais dans l’utilisation du ballon, c’est compliqué. Forcément, en supporter, il n’y a que le résultat qui compte dans un derby. Mais il ne faut pas que ce soit en trompe-l’œil et penser que ça va déclencher quelque chose. Derrière, le vrai championnat de l’ASSE commence par des matchs face à des équipes qui boxent dans la catégorie des Verts : ceux qui jouent le maintien. »

Guillou souffre et ne reconnaît plus le club

« Je souffre. Le supporter des Verts que je suis souffre parce qu’il ne reconnaît plus le club et ce qui faisait son ADN. Je ne reconnais plus le côté populaire, où l’on se dit qu’on va avoir des mecs qui se défoncent, qu’on gagne ou qu’on perde mais au moins on aura tout donné. Aujourd’hui, c’est un club qui, depuis deux ans et demi, végète et devient indifférent. Il n’y a rien de pire que l’indifférence. C’est parce qu’il n’y a pas d’entité. Il n’y a pas de club uni, chacun espère qu’avec 2 ou 3 résultats ça va repartir et se calmer puis on verra. Mais non ! Pourquoi ils se sont repris à la fin de saison dernière ? Parce qu’ils ont gagné à l’arrache contre Nice et que si tu faisais deux victoires, tu terminais 11ème comme tout le monde était en roue libre. Du coup tu te dis que tu as fait une super série et tu crois que ça va le faire. Mais quand tu te sépares de Moulin, Monnet-Paquet ou Debuchy, etc. Bah, ça ne le fait pas. À un moment donné, il faut respecter le foot et les vertus collectives d’une équipe. »

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr. Un cadeau surprise et un code promo pour ta prochaine commande sont inclus dans chaque box.