News

Guilavogui « presque détruit » par son ancien entraîneur à Wolfsburg la saison dernière !

Comme le rapporte nos confrères du site Poteaux-Carrés, Josuha Guilavogui s’est récemment confié sur son traitement lors de la saison dernière dans des journaux locaux de Wolfsburg, Wolfsburger Allgemeine Zeitung et Wolfsburger Nachrichten. L’ancien stéphanois a notamment remis en cause la manière de faire de son ancien entraîneur Oliver Glasner et a expliqué avoir très mal vécu le fait d’être mis de côté pour des raisons qu’il estime extra-sportives.

Heureux que Glasner soit parti

« J’ai dit que je n’accepterais pas de démarrer la dernière journée titulaire. Il voulait me faire un cadeau, mais après je n’aurais pas pu me regarder dans le miroir si je l’avais accepté. Avec ça, il n’aurait pas pu rattraper ce qui avait été cassé auparavant. Il s’est passé trop de choses. Je suis content qu’il soit parti. »

Non utilisé pour des raisons personnelles

« L’été dernier, j’ai remarqué que ça allait être une saison difficile pour moi et que quelque chose avait changé dans la relation entre l’entraîneur et moi. La communication se faisait de moins en moins. J’avais le sentiment que l’entraîneur utiliserait chaque blessure mineure à l’avenir pour me garder sur le banc. Et c’est exactement ce qui s’est passé. Je n’ai jamais eu l’impression d’être assis sur le banc pour des raisons sportives, mais pour des raisons personnelles. Il ne s’agissait pas que de football. C’est pourquoi je suis si triste. J’ai gardé ma bouche fermée jusqu’à ce jour pour ne pas mettre en danger le succès de l’équipe. »

Un joueur brisé

« Trop souvent, l’entraîneur m’avait donné l’espoir d’une place dans le onze de départ et y a ensuite renoncé avec de nouvelles excuses. C’était comme ça tout le temps. Cela m’a presque détruit. J’ai dit à ma famille avant même les matchs qu’ils n’avaient pas à regarder parce que je ne jouerais pas de toute façon. En tant que footballeur, j’étais brisé et en tant que personne, j’ai été durement touché. Ce n’est certainement pas un mauvais entraîneur professionnellement et il a eu du succès avec nous. Mais je suis très heureux qu’il soit parti parce que c’est le pire pour moi personnellement. Je n’ai jamais eu ça avec un coach dans ma carrière. »

crédit photo : asse.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :