Stéphanois de 2006 à 2009, Geoffrey Dernis s’est dernièrement exprimé sur l’ASSE et plus précisément Claude Puel dans une interview accordée au site Poteaux Carrés. Ayant connu l’entraîneur des Verts à Lille au début de sa carrière, l’ancien ailier stéphanois a notamment expliqué qu’il ne voyait aucun entraîneur capable de faire mieux que Puel dans la situation actuelle du club. Extraits.

Un effectif très limité

« On tire un peu sur Claude Puel, je le lis, je l’entends, il n’y a pas de souci. Mais aujourd’hui, quelles ont été les armes dont il a disposé depuis deux ans qu’il est au club ? Comment on a pu aider Claude Puel pour qu’il puisse évoluer ? Il fait avec les moyens qu’il a. Je considère qu’il a toujours la capacité à faire progresser ses joueurs. Je l’ai connu à Lille, je sais ce qu’il demande aux joueurs, je sais comment il travaille. C’est un travailleur Claude Puel.

Aujourd’hui, je pose une question. Quel entraîneur est capable de faire mieux que Claude Puel ? Avec cet effectif, on peut dire ce que l’on veut, c’est quand même très limité ! Si aujourd’hui tu perds un Bouanga, un Khazri ou un je ne sais pas quoi, qui tu mets ? Après, encore une fois, il y a peut-être quelqu’un qui va arriver, provoquer un déclic chez les joueurs. Ça peut marcher. Mais aujourd’hui, quelles garanties tu as ? Depuis qu’il est arrivé à Sainté, Claude Puel n’a quasiment pas eu la moindre enveloppe pour recruter. À partir du moment où t’as plus vendu qu’acheté lors des mercatos et qu’en plus tu ne t’es pas renforcé…

Quand Montpellier va chercher un Valère Germain, ce n’est pas le meilleur attaquant de Ligue 1 mais c’est un attaquant confirmé. Quand ils vont chercher un Mamadou Sakho, il a peut-être été longtemps absent mais ça reste un international français. Aujourd’hui, Saint-Étienne ne peut même pas faire ça. Ils sont obligés de faire des paris, de dénicher des joueurs peu connus. Ils l’ont fait avec une certaine réussite en recrutant Yvann Maçon à Dunkerque ou encore Yvan Neyou en équipe réserve de Braga. On verra ce que donnera l’Uruguayen qu’il se sont fait prêter.

On pointe le fait que le club tarde à progresser depuis deux ans que Claude Puel a rejoint l’ASSE mais il n’a pas un effectif de folie à sa disposition et il arrive quand même à faire progresser des joueurs. Yvann Maçon par exemple s’est révélé, malheureusement il s’est fait les croisés alors qu’il était en plein élan. Des très jeunes joueurs formés au club comme Lucas Gourna et Saidou Sow ont montré de belles choses, Claude Puel leur fait confiance. Devant, Sainté n’est pas l’équipe la mieux armée de l’élite. C’est peut-être l’effet de l’âge. Il y a des joueurs qui ont l’expérience de la Ligue 1 mais qui n’ont plus la vivacité d’il y a quelques années.

Romain Hamouma et Wahbi Khazri ont un bagage technique, une intelligence de jeu mais ils n’ont plus le même coup de rein. Je le dis comme je le pense, et j’ai vécu ça. Arrivé à un certain âge, je jouais plus facilement avec ma tête et mes pieds qu’avec ma vitesse ou même le coffre. Quand tu regardes un Mavididi, ça a 23 ans, ça a des jambes, ça court, ça sprinte. Est-ce qu’aujourd’hui un Khazri ou un Hamouma sont capables de le faire ? Je te dis non. Plus le match avance, plus ça va être compliqué car aujourd’hui à Saint-Étienne je ne vois pas de joueur de profondeur. Je n’en vois pas un seul qui la prend comme un Mavididi ou un Wahi. Il y a beaucoup de joueurs qui aiment bien le ballon, qui aiment bien jouer, mais dès que tu ne les trouves plus, tu n’avances plus.

Les critiques sur les résultats et le jeu stéphanois, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, il faut en prendre conscience, il faut les écouter. Mais après il faut aussi prendre du recul et évaluer au mieux sportivement les forces en présence et les capacités financières des clubs à être actifs sur le marché des transferts. Aujourd’hui, tous les clubs de Ligue 1 même à un degré moindre ont toujours au moins deux ou trois renforts pour essayer de progresser. On ne voit pas ça à Saint-Étienne. Pour moi, honnêtement, Saint-Étienne va se battre pour les places 10 à 14. Entre les joueurs qu’ils ont et le banc qu’ils peuvent avoir, ce n’est pas évident. T’as beaucoup de clubs qui sont quand même mieux armés. »