Véritable feuilleton qui commence à (trop ?) durer, la vente de l’ASSE déchaine les passions. Si David Blitzer semblait tenir la corde à un moment donné, le processus de négociation a été coupé net il y a quelques semaines. Depuis, c’est la guerre des mots et des versions dont la dernière en date provient du quotidien sportif L’Equipe.

10 millions d’euros pour l’ASSE

Parmi les nombreux extraits du journal l’Equipe sur cette vente de l’ASSE, certains semblent montrer une mauvaise foi tant dans le camp Blitzer que du côté du duo Romeyer-Caïazzo. Les versions se contredisent déjà au niveau de l’offre en elle-même :

« Romeyer a affirmé dans le Progrès que Blitzer « n’a déposé aucune offre ferme dans les délais auxquels il s’était engagé ». Dans l’entourage de l’homme d’affaires du New Jersey, on maintient avoir envoyé une offre engageante et on s’étonne de ne pas avoir reçu de réponse.« 

Une offre qui aurait été largement en dessous du montant espéré par le duo et qui n’a pas satisfait. La vente de l’ASSE ne devait pourtant pas être une histoire d’argent :

« À la différence d’Olivier Markarian, Blitzer a fini par avoir accès à la majorité des documents comptables. Leur expertise et la relégation des Verts l’auraient toutefois conduit à revoir son offre à la baisse. Après avoir tablé sur une fourchette comprise entre 33 à 38 M€ pour racheter les parts sociales de Caïazzo et de Romeyer, en L1, ce montant serait tombé entre 16 et 19 M€, puis à 10 M€, en L2. Inacceptable aux yeux du duo, qui espérerait au moins 10 M€, mais pour chacun. »

Enfin, les intérêts de nouveaux candidats américains et canadiens sont confirmées, tout comme l’intérêt de Blitzer pour intégrer de manière minoritaire le capital du RC Lens :

« Blitzer se montre ouvert à de nouvelles négociations avec l’ASSE. Ou avec un autre club français. Lens vient justement de mandater la banque Lazard, aux manettes lors de la mise en vente des Verts en 2018, pour ouvrir son capital à un investisseur minoritaire. Blitzer étudierait la question. Mais son idée prioritaire reste d’acquérir un club français à titre majoritaire. Depuis la venue des quatre représentants de Blitzer le 15 juin, plus personne n’a mis les pieds à Saint-Étienne. Mais deux nouveaux dossiers seraient apparus. L’un provient des États-Unis, l’autre du Canada. À ce stade, il s’agirait d’une simple prise d’informations. »

Dernière nouvelle saisissante, le contrat avec KPMG se termine le 1er septembre et à un peu plus d’un mois du terme, l’ASSE n’est toujours pas vendue.

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 39,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.