News

Création d’une Super League, explications détaillées !

C’est LA bombe du moment sur la planète football, douze des plus puissants clubs européens (six anglais, trois espagnols, trois italiens) ont décidé de créer une compétition fermée, la Super League. Une décision qui risque de mettre un énorme coup au football populaire que l’on aime tant et qui va entraîner d’énormes problèmes et bouleversements dans les semaines à venir. Afin d’en savoir un peu plus sur ce projet, le très bon compte Twitter FC Geopolitics tenu par Kévin Veyssière a dévoilé un thread explicatif vraiment clair et complet.

Les contours de la compétition

« 12 des plus puissantes équipes du football européen ont décidé de mettre sur pied leur propre ligue fermée : la fameuse Super League. Celle-ci va regrouper au sein d’un même championnat fermé 20 clubs : les 12 membres fondateurs actuels (Liverpool, Arsenal, Manchester United, Manchester City, Chelsea, Tottenham, FC Barcelone, Real Madrid, Atlético Madrid, Juventus Turin, Inter Milan, Milan AC) + 3 autres (ndlr : à trouver), et 5 autres équipes, qui se qualifieront chaque année en fonction des performances de la saison précédente. Tous les matchs se joueraient en milieu de semaine, alors que tous les clubs continueront à prendre part à leurs championnats nationaux respectifs, préservant ainsi le calendrier traditionnel. Les clubs seraient répartis en 2 groupes de 10, qui joueront des matchs aller-retour. Les 3 premiers de chaque groupe seront qualifiés directement pour les quarts de finale, pour ensuite faire un format à la Final 8 comme la précédente Ligue des Champions. Les clubs allemands et français, notamment les 2 derniers finalistes de la Ligue des Champions, le Bayern Munich et le PSG, ne sont pas présents. Une décision qui s’explique car ces 2 clubs veulent pour l’instant rester proches des positions de l’UEFA. »

Image

La Ligue des Champions menacée !

« Derrière cette annonce, c’est bien l’UEFA et sa Ligue des Champions qui sont menacées. Depuis plusieurs mois, les plus gros clubs veulent en effet tirer plus de revenus de la plus grande des compétitions européennes, qu’ils jugent en déclin. Pour ces clubs, la COVID-19 a fragilisé le modèle économique du foot, ce qui pousse les top clubs européens à s’interroger sur l’avenir, notamment en créant les conditions pour diminuer l’aléa sportif tout en préservant leur stabilité économique. Face à cette pression Super Ligue, l’UEFA avait déjà réagi en proposant aux clubs les plus importants un nouveau format de Ligue des Champions, plus fermée. Avec l’idée d’augmenter le nombre de matchs, pour ainsi multiplier les revenus liés aux droits TV. Les revenus tirés de la formule de la Ligue des Champions, bien qu’en faveur des clubs les plus puissants, bénéficieraient à l’ensemble des 36 clubs présents de la nouvelle formule Ligue des Champions. Or, la Super League représente un avantage puisque c’est 5 milliards d’€ qui seraient redistribués aux 20 clubs de Super League selon SkySports. À titre de comparaison la Ligue des Champions distribue 2 milliards d’euros chaque année aux 32 équipes prenant part à la compétition. Surtout, le format Super League permettrait, outre d’avoir chaque semaine des matchs entre les meilleurs clubs européens, de doper les revenus droits TV et de conquérir les fructueux marchés chinois et américains, plus habitués à des compétitions fermées. Outre cette question des revenus générés par la compétition, les clubs plus puissants veulent surtout gérer directement les droits commerciaux et financiers de la future de la Ligue des Champions. C’est pour cela que ces 12 clubs veulent s’affranchir de l’UEFA pour avoir LEUR compétition. Preuve que cette Super Ligue n’est plus au stade de projet, les clubs fondateurs ont passé un accord avec la banque d’affaires JP Morgan. Un montant compris entre 4 et 6 milliards d’euros serait déjà été garanti afin de lancer la compétition. »

L’UEFA réagit mais est au pied du mur

« Face à cette situation, l’UEFA a réagi : « Les clubs concernés se verront interdire de participer à toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial, et leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leurs équipes nationales. ». Une réaction suivie par de nombreuses fédérations nationales, qui voient d’un mauvais œil l’organisation de cette compétition Bien que pour l’instant la Super Ligue, dont les matchs sont prévus le mercredi, ne concurrence pas les championnats nationaux. La FIFA, l’organisation mondiale du football, n’est pas non plus favorable à ce type de projet puisqu’elle a bien compris que si de telles ligues fermées venaient à se créer cela pourrait ouvrir la boîte de pandore. À savoir que cela entraînerait la création de compétitions de la part de clubs/sélections sans l’aval des fédérations. Comme l’UEFA, la FIFA souhaite aussi exclure les clubs et les joueurs qui participent à ce type de compétitions fermées. Ce qui veut dire potentiellement se passer des meilleurs joueurs pour l’Euro ou la Coupe du Monde. Mais cela n’est pas si simple. La Cour de justice européenne avait jugé en 2018 « contraire aux règles de la concurrence une décision de l’Union internationale de patinage, qui avait interdit à 2 de ses membres de participer à une compétition organisée par une société privée ». La Commission européenne rappelle d’ailleurs « aux fédérations nationales présentes dans un pays de l’Union Européenne que leur pouvoir de régulation ne peut être utilisé à des fins commerciales. ». L’UEFA est donc au pied du mur. Soit elle maintient sa position ferme et se prive de 12 des meilleurs clubs pour sa Ligue des Champions, soit elle se couche et elle donne la gestion des droits commerciaux de la Ligue des Champions aux clubs sécessionnistes. La bataille juridique et financière sera encore longue. »

(1 commentaire)

  1. la ligue 1 pas contente… normal c est de la merde la L1.. y a pas un club dans le projet…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :