News Point Presse

Coupet tacle sèchement l’OL !

Dans un entretien avec So Foot, Grégory Coupet a dit ce qu’il pensait de la manière de fonctionner de l’OL. N’ayant pas reçu de proposition de prolongation alors que son contrat arrivait à terme le 30 juin, il s’est engagé à Dijon et ne regrette absolument pas d’avoir quitté le club banlieusard qu’il qualifie même « d’usine à gaz« . Croustillant !

Un manque flagrant de considération

« J’ai joué onze ans et demi à l’OL, j’y ai été entraîneur des gardiens… J’ai pourtant l’impression qu’ils ne me connaissent pas. Ils savent que j’aime quand les choses sont claires. Déjà, en janvier, j’avais demandé, parce que cela fait partie de mon travail, ce que le club comptait faire avec les gardiens. Et j’en avais profité pour essayer de savoir ce qu’on voulait faire avec moi. Sans réponse. Puis, pendant le confinement, j’ai tenté d’avoir des nouvelles. Toujours rien. Quand la date du déconfinement a été annoncée, j’ai envoyé un message à Juninho pour lui dire que ce serait l’occasion de se voir, avec Rudi Garcia. N’obtenant pas de réponse, j’ai ensuite envoyé un mail à Juni, avec copie à Rudi et à Vincent Ponsot. Aucun ne m’a répondu.  Je prends cela comme un manque de considération. Je ne demandais rien d’autre qu’une réponse. »

Pas très proche de Garcia

« Avec Rudi, nous n’avons pas la même vision du management, du collectif. Il n’y avait pas d’affinités entre nous. Quand il est arrivé à l’OL, il s’est appuyé sur son noyau dur. Quand l’OL a recruté Tatarusanu, je n’ai pas été informé. Juni me disait aussi que j’étais trop proche des gardiens. Il fallait bien qu’on trouve quelque chose à me reprocher. »

L’humain avant tout

« Dijon n’a pas le même standing que Lyon ? Ce n’est pas important. Je suis un passionné, et ce qui me plaît ici, c’est le côté humain. Je m’entends déjà très bien avec Stéphane Jobard, l’entraîneur, qui m’a d’ailleurs confié la responsabilité des coups de pied arrêtés, une nouveauté pour moi. On échange beaucoup, c’est un vrai plaisir, et je suis là pour apporter mon expérience et faire progresser les gardiens. J’ai quitté une usine à gaz pour un club familial, et cela me va très bien.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :