News

Caïazzo dénonce la Super League et le capitalisme sauvage !

Totalement opposé au projet de Super League, même si ce dernier a déjà pris énormément de plomb dans l’aile, Bernard Caïazzo a livré ses impressions à ce sujet dans le quotidien Le Progrès. Le Président du Conseil de surveillance de l’ASSE a notamment dénoncé le capitalisme sauvage mis en place par certains clubs européens très puissants financièrement. Extraits.

Servir le football et pas s’en servir !

« C’est la preuve que le football perd sa dimension humaine à cause de la course à l’armement pour toujours plus d’argent. Le Covid engendre de lourdes pertes pour les gros clubs de l’ordre de 150 à 200 millions sur la saison à cause des stades vides. Ils ont donc décidé de faire preuve d’égoïsme et de cynisme en menaçant de faire sécession et de créer leur propre ligue européenne. Mais nous l’empêcherons car nous sommes bien plus nombreux à aimer le football pour le servir et pas pour s’en servir. »

De grosses altercations avec certains présidents européens

« J’ai déjà eu en réunions de sérieuses altercations par le passé avec les patrons du Real, du Barça ou de Manchester City sur le sujet. Comme je l’ai dit au patron du Barça : “Tu as plus de chances de battre Nadal au tennis que de voir la Super League se jouer.” On ne va pas revenir à l’époque des Seigneurs qui dictaient leurs lois. »

Une grossière erreur !

« Les comploteurs sont sortis du bois et sont démasqués si bien qu’ils ont 90 % des clubs européens contre eux. J’avais prévenu les clubs français il y a quelques années sur le danger de ces présidents sans scrupule. Mais ils viennent de commettre une erreur qui va créer l’unité de centaines de clubs en Europe contre eux (…) Nous saurons mener la lutte d’autant plus que les gouvernements de tous les pays sont avec nous comme les instances internationales et nationales mais aussi 90 % des clubs et surtout 98 % des supporters. En 48 heures, le Real a ruiné son image au niveau mondial. Quel gâchis ! »

Fixer des règles pour éviter le capitalisme sauvage

« Le football a dérivé depuis plusieurs années vers l’argent et de plus en plus. Moi, je préfère le football des années 80 et 90. La chance de ma génération est d’avoir connu ce football-là. On prenait plus de plaisir à regarder vivre notre sport. Le classement sportif n’était pas le classement des plus riches. L’erreur de la FIFA et de l’UEFA est de ne pas avoir mis en place les règles pour empêcher le capitalisme sauvage et aujourd’hui, nous en payons le prix. »

(1 commentaire)

  1. il se fout pas de la tronche des gens lui tu fais quoi chez nous tu mets jamais la main a la poche et tu te verses des dividendes sur le dos du club tu vais venir ta copines qui est payée tu nous emmerdes pour la vente du club et oui la bonne poule aux oeux d’or c’est été tu va encore nous vendre nos meilleurs jeunes et recruté que dalle que des joueurs en prêt qui valent rien ou des transferts a zéro centime et tu viens faire la morale aux autres avec ta phrase a la con se servir du football et pas s’en servir tu fais quoi a sainté charlot de parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :