Joueur de l’ASSE au début des années 80 (ndlr : 111 matchs de 1979 à 1982 puis de 1983 à 1986, 20 buts), Eric Bellus s’est remémoré une humiliante défaite similaire à celle des Verts vendredi face à Lorient. En effet, le natif de Millau a évoqué récemment dans le quotidien Le Progrès le lourd revers subi à Bordeaux en 1984 et a tenté d’expliquer le ressenti après une telle honte. Extraits.

Une humiliation qui en rappelle une autre

« La défaite 6-2 des Verts à Lorient me rappelle le 7-0 à Bordeaux en 1984 (le 31 mars). L’équipe s’était noyée, il n’y avait plus de ressort. C’est un peu différent dans le sens où les Girondins étaient leaders du championnat à l’époque. La plupart d’entre eux jouaient en équipe nationale. Giresse, Tigana, Girard, Battiston…. La différence était trop importante. C’est comme quand on affronte le PSG aujourd’hui. Il y avait une forme de logique. Mais la finalité reste la même. Après un tel match, on éprouve de la honte parce qu’on s’est fait laminer. Les joueurs de Pascal Dupraz doivent aussi ressentir de la frustration. Contrairement à nous qui étions menés 5-0 après 28 minutes, ils avaient deux buts d’avance à Lorient. C’est perturbant et ça pose question. Y’a-t-il eu un relâchement, un manque de volonté de garder ce score ? »

Une bonne raclée pour piquer les ego ?

« Ce métier est fait de hauts et de bas. Chaque individu réagit en fonction de sa personnalité. Mais on ne peut pas dire qu’on ressort indemne d’une telle défaite. En ce qui me concerne, la cicatrice avait été dure à refermer. On a l’impression d’être tellement ridicule. Même si c’est compliqué, il faut déjà vite oublier ce revers. C’est la honte et l’humiliation qui prédominent en pareilles circonstances, les joueurs doivent donc avoir suffisamment de fierté pour se remettre en question et faire le maximum afin de sauver le club. Parfois, cela fait du bien de prendre une bonne raclée. Ça pique les ego. »

Une équipe pas solidaire ?

« Je peux dire la grande tristesse et le vide que peut engendrer une descente. C’est puissant. Avec nos faiblesses, on avait souffert toute la saison. Notre effectif n’était pas à la hauteur du pari du maintien. Un nouvel entraîneur nous avait rejoints en fin de parcours (Jean Djorkaeff est limogé après le 7-0 et remplacé par Robert Philippe). Il n’y avait pas de mauvais garçons mais on ne sentait pas un groupe solide. Rien qu’en regardant les photos du match de vendredi, on ne voit pas cette solidarité. Si les joueurs ne veulent pas se battre comme des chiens les uns pour les autres, ça devient très compliqué. Il faut être ensemble, enfiler le bleu de chauffe et lutter pour le copain d’à côté. La technique, seule, ne fera pas la différence. L’esprit d’équipe est primordial. »

Si vous souhaitez faire plaisir ou vous faire plaisir, n’hésitez pas à commander une Box Football chez notre partenaire box-football.fr pour seulement 37,90 euros. Un cadeau surprise et un code promo pour votre prochaine commande sont inclus dans chaque box.