Président de l’ASSE de décembre 1997 à mai 2003, Alain Bompard a permis au club de retrouver des couleurs au début des années 2000 mais a malheureusement été mis en difficulté avec l’affaire des faux passeports. Dans une longue et très intéressante interview accordée au site Poteaux Carrées, l’ancien président des Verts a évoqué l’éventuel intérêt de son fils Alexandre, PDG du groupe Carrefour, pour le rachat de son club de cœur. Extraits.

Une potentielle reprise dans un coin de sa tête

« Ecoutez, si Alexandre n’avait pas aujourd’hui des perspectives professionnelles énormes… Quand vous dirigez un groupe comme Carrefour, c’est 400 ou 450 000 employés dans le monde, c’est 100 milliards de chiffre d’affaires, c’est colossal ! Ce n’est pas simple. Il fait partie des gens sollicités de toute part. Mais c’est dans un coin de sa tête ! Ca existe ! Il a passé avec moi les plus belles années de sa vie à Saint-Étienne ! Ce qu’on a vécu père et fils, ensemble, avec trois associés aussi exceptionnels, c’était super ! Il y avait l’Haïtien Guy Lavaud, qui est décédé. Lui, c’était comme mon frère ! Il y avait aussi Julio Santos Domingo, qui est mort également, et Thomas Schmider ! On a vécu quelque chose de magique ! J’ai la prétention de dire que j’ai fait beaucoup de choses dans ma vie, mais rien n’a été égal à Saint-Étienne ! »

Une réussite programmée ?

« Je suis sûr qu’il réussirait ! Par rapport à moi, il a des réseaux financiers ! Il connaît tous les patrons du CAC40 ! C’est un avantage. Et puis Alexandre est exceptionnellement intelligent, chacun le sait, mais aussi exceptionnellement gentil ! C’est sa marque de fabrique. Il est d’une simplicité, d’une gentillesse. Les supporters l’adoraient à l’époque, il allait les voir tout le temps ! Mais il m’a dit que vous lui aviez écrit il n’y a pas longtemps ! Il m’a expliqué qu’il avait reçu des dizaines et des dizaines de messages de stéphanois lui demandant de reprendre le club ! Il m’a dit « c’est incroyable la foule de messages que j’ai reçus ! ». Vous savez, on parle souvent de tout ça… Je peux vous dire que ce n’est pas aussi loin que ça. La question c’est techniquement comment c’est possible ? Mais je l’espère autant que vous ! (rires) »