Yann M’Vila : « Être un leader sur le terrain »

Fraîchement arrivé dans le Forez, Yann M’Vila était présent ce midi pour la première fois en conférence de presse. Ce fut l’occasion pour lui d’évoquer ce nouveau challenge chez les Verts, l’équipe de France ainsi que son parcours pour le moins tumultueux jusqu’à présent.

Gasset, un excellent coach

« Jean-Louis Gasset m’a proposé un très bon challenge et je suis venu directement. Je n’ai pas hésité une seule seconde. J’ai travaillé deux ans avec lui et je n’en garde que des bons souvenirs. Alors je me suis dit pourquoi pas ? C’est un excellent coach qui dit ce qu’il ce qu’il pense à ses joueurs sans passer par quatre chemins ou par des intermédiaires. »

La situation de l’ASSE et son accueil

« Ça ne m’a pas fait peur du tout. J’ai vécu bien pire à Sunderland. Moi, plus c’est chaud, plus j’aime ! J’ai été très bien accueilli. En plus des anciens coéquipiers que j’ai connu à Rennes, j’ai découvert de très bons gars. On sent vraiment une cohésion dans le vestiaire, un esprit de famille. Dimanche dernier, Saint-Etienne a pris trois points, je suis content pour le club. Après les dix premières minutes, l’ambiance a été très bonne et ça a beaucoup aidé l’équipe. Les footballeurs ne peuvent pas aller très loin sans supporters. »

Un retour en équipe de France

« L’objectif que je me suis fixé c’est de jouer et de faire de bons matches pour réaliser une bonne deuxième partie de saison avec l’AS Saint-Etienne car l’équipe n’est pas à sa place. Personnellement, je n’ai jamais fait une croix sur l’équipe de France, ça a toujours été dans un coin de ma tête, même en Russie, quand je savais que c’était impossible. Aujourd’hui, j’ai un coach qui peut m’amener très haut mais c’est à moi de mettre tous les ingrédients pour. »

L’interrogation des observateurs à son sujet et son rôle de leader

« Je comprends que mon arrivée interroge mais je n’ai rien à répondre ou plutôt je répondrai sur le terrain. Si je fais de bons matches, l’opinion changera. Personnellement, je n’ai aucun doute sur moi. Le jour où j’en aurai, j’arrêterai. J’ai souvent joué un rôle de leader par le passé. C’était le cas à Rennes mais aussi à Sunderland ou en Russie alors que je ne parlais pas la langue. Ici, il y a déjà des leaders dans le vestiaire. Mon objectif n’est pas de prendre leur place, ce qui m’intéresse c’est d’être un leader sur le terrain. » 

Une carrière pas comme les autres

« En Italie, j’ai beaucoup appris tactiquement. A Sunderland ou en Russie, j’ai appris le combat. Il fallait courir le plus possible et aller au duel. C’est quelque chose qui manquait à mon jeu, avant je ne jouais que quand j’avais le ballon. Je sais que ma carrière a connu des hauts et des bas mais c’est la vie. Je ne peux m’en vouloir qu’à moi-même si je n’ai pas connu mieux. Aujourd’hui, je ne suis plus le même homme qu’avant. J’ai 27 ans, j’ai mûri. Je suis marié, j’ai quatre enfants et j’ai pris de l’expérience à l’étranger. Maintenant j’ai la chance de me rattraper. C’est à moi de bien bosser de montrer que je me suis trompé. J’ai quitté la France par la petite porte, à moi de faire ce qu’il faut pour sortir par la grande si l’occasion se représente. »

2 Responses

  1. Livevert dit :

    Mvilla va faire du bien mais surtout gasset va faire énormément de bien au club ça cest sur

  2. Anonyme dit :

    c’est un bon joueur , il devrait réaliser de belles choses, ,pour une fois les dirigeants n’ont pas commis d’erreur, en le faisant signer pour 18 mois, contrairement au passé avec verétout ou trémoulinas , les résultats négatifs de sainté ont eu un effet positif sur les dirigeants qui ont ont compris qu’il ne fallait pas jouer aux picsous , le retour sur investissement se fera sentir assez rapidement, fini les Gabriel, k m p et autres lacroix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.