Un capitaine sur le déclin ?

Au cœur des critiques depuis ce début de saison, Loïc Perrin ne semble plus aussi souverain qu’il l’était auparavant dans la défense Stéphanoise. Après avoir passé de nombreuses années à être l’un des piliers de notre équipe, notre emblématique capitaine semble avoir le poids des années et de toutes ses blessures qui pèsent énormément sur son jeu. Malgré l’aveuglement de certains supporters quant à une éventuelle remise en question des titularisations de « Dieu Perrin », j’ai décidé d’assumer haut et fort le fait que l’un des Hommes que j’ai le plus aimé et que j’aime encore sur cette Terre arrive clairement sur la fin et doit préparer sa passation de pouvoir.

Dieu n’est pas éternel 

Ayant découvert la Ligue 1 en 2004, Loïc entame sa seizième saison sous le maillot Vert. Pas épargné par les blessures durant le début de sa carrière (ndlr : 13 blessures recensées de 2006 à 2012 par le journal L’Équipe), notre capitaine s’épanouit et évolue à un très bon niveau au poste de défenseur central depuis la saison 2012-2013. Considéré comme l’un des meilleurs à son poste en Ligue 1, il aura même eu la chance d’être sélectionné par Didier Deschamps en tant que réserviste pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Néanmoins, depuis la 1ère journée de ce championnat 2018-2019, nombreux sont ceux à ne pas reconnaître notre Loïc et ce à juste titre. En effet, l’heure de sa régression voire de la fin de son passage au très haut niveau aurait-elle sonné ? N’étant pas éternel, le Dieu du Forez pourrait-il, comme Jésus, voir sa fin arrivée à l’âge de 33 ans ? Selon moi, malheureusement, la fin est bel et bien plus proche que l’on ose le croire.

Des prestations plus qu’inquiétantes 

Depuis la première journée de championnat face à Guingamp, Loïc affiche un niveau assez faible et une friabilité criante. Avec peu de matchs références cette saison, à part peut-être face à Montpellier où il était apparu à un niveau plutôt bon, notre capitaine semble à l’agonie… Fébrile dans les duels, en manque cruel de vitesse, auteur de relances plus qu’hasardeuses, le Stéphanois pure souche inquiète, enchaîne les mauvaises performances et nous a déjà coûté deux buts (ndlr : penalty face au PSG et 3ème but Lillois). Certes, de nombreux supporters partent en croisade contre les récents détracteurs de notre mythique numéro 24, expliquant contre vents et marrées que ce n’est qu’un passage à vide, que personne ne doit critiquer ce joueur exemplaire, qu’il reviendra au plus haut au niveau d’ici peu pour répondre à toutes ces critiques, mais pour ma part j’en suis moins sur. Malgré ses nombreuses blessures, « Dieu Perrin » a jusqu’à ce début de saison toujours affiché un niveau frôlant l’excellence. À peine remis de blessure, il surfait sur ses concurrents à son poste et canalisait bon nombre d’attaquants se présentant face à lui. Aujourd’hui, Loïc n’est pas blessé. Parfois affaibli, souvent ménagé aux entraînements, notre Capitaine éternel prend de l’âge tout simplement ! Par malchance, il n’apparaît pas comme une bonne bouteille de vin et a plutôt l’air de ne pas se bonifier avec l’âge. C’est pour cela que selon moi, Loïc doit tout faire pour préparer au mieux sa sortie et ainsi inculquer les valeurs et qualités que sont les siennes aux jeunes pousses qui arrivent derrière lui au poste de défenseur central (ndlr : Saliba par exemple).

Un rôle d’accompagnateur ?

Eh oui, je vous assure que je suis le premier à avoir mal de devoir écrire ces mots, mais Capi ne semble clairement plus avoir le niveau qui était le sien les saisons précédentes. Bien sur, à aucun moment je ne souhaite le voir jeter dans la cage aux lions. Perrin doit désormais jouer le rôle d’accompagnateur et ainsi aider au mieux à intégrer un voire plusieurs jeunes talentueux à son poste. Comme nous avons pu le voir lors de la rencontre face à Toulouse, la paire Saliba-Subotic avait plutôt donné satisfaction. Il est cependant dur de voir Loïc sur le banc de touche mais si c’est pour le bien de l’équipe et du club, je pense qu’il sera le premier à le comprendre et l’accepter. D’ailleurs, il expliquait il y a peu de temps dans le journal Le Progrès qu’il continuera tant « qu’il se sentira au niveau et qu’il prendra du plaisir ». Et à cette heure-ci, je ne suis pas vraiment sûr que ça soit le cas pour notre Capitaine. Mais attention ne vous méprenez pas, à aucun moment je souhaite le voir mettre un terme à sa carrière ! Il est clair que pour moi sa carrière de joueur n’est pas finie mais ça ne serait que du bon sens de le voir prendre un peu de recul, ne plus être un titulaire indiscutable malgré son rôle de capitaine et ainsi permettre à la relève de découvrir petit à petit le haut niveau tout en étant accompagné par un joueur de ce calibre. Car oui, notre Loïc a été, est et sera à tout jamais un joueur exemplaire gravé dans le cœur du peuple Stéphanois mais continuer de le voir à ce niveau relève du supplice surtout quand on connaît son niveau affiché pendant plusieurs années.

Même moi, au début de championnat je pensais sincèrement que ce n’était qu’un simple passage à vide et que « Dieu Perrin » allait très vite remettre les pendules à l’heure. Cependant, force est de constater que le niveau du natif du Forez en a clairement pris un coup cette intersaison. Face à des adversaires plus redoutables que jamais, l’heure du changement a peut-être sonné au sein d’une défense où le maillot floqué « Perrin 24 » avait l’habitude de prendre place…

1 Response

  1. TKIZBI dit :

    Malgré tout le …respect …et la considération…pour ce grand joueur il est temps de reconnaitre que c’est peut etre l’année de trop ….tout comme pour RUFFIER place à ces fameux joueurs dont on nous parle poue éviter d’avoir des N° 2 de luxe qui jouent « par accidents « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.