Review: un ASSE-MHSC d’anthologie (1999-2000)

Ce soir, l’ASSE reçoit le MHSC à Geoffroy Guichard. A cette occasion, je vous propose un retour sur une confrontation qui a marqué son temps.

C’était le 16 février 2000. Comme dit la chanson, un temps que le moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Pour preuve, le sponsor maillot n’est pas Playstation 4 ou Xbox one, mais la Séga – Dreamcast!

Ce soir là, j’étais dans le Kop Sud. Et si la température de l’air renforçait la réputation du climat rugueux du Forez, celle du Chaudron allait grimper pour cette soirée qui a régalé une génération qui n’avait pas grand chose à se mettre sous la dent à l’époque.

Pour cette 26e journée de Division 1, Robert Nouzaret aligne (attention: moment « ah oui je l’avais oublié celui-là!):

Janot

Kvarme – Wallemme (cap.) – Carotti (71e Guillou) – Potillon

Sablé – Pape Sarr – Guel (71e Chavériat) – Pédron

Aloisio – Alex (84e Boudarène)

 

Du coté de Montpellier, quelques noms bien connus également:

Entraineur: M. Mézy

Rudy Riou

Dzodic – Silvestre (cap) – Decroix – Barbosa

Herron (46e Sorlin) – Gouveia – Dos Santos – Delaye

Rui Pataca – Loko (75e Maoulida)

 

Les Verts attaquent le match face au virage Nord mais ce sont bien les Green Angels qui vont voir le premier but. Suite à un coup-franc de Pédron, les Montpelliérains partent en contre. Jean-Guy Wallemme croit détourner un centre en corner mais envoie le ballon directement dans la lucarne de Janot. 11e minute de jeu, l’ASSE est menée.

Dix minutes plus tard, Patrice Loko creuse l’écart sur une action des plus simplistes: dégagement du gardien, déviation de la tête, lob. On se dit alors que la soirée va être longue.

Heureusement, les Verts se remettent dans le coup quatre minutes plus tard lorsque Stéphane Pédron, à la réception d’un centre au deuxième poteau, pousse le ballon dans les cages vides.

S’en suivent vingt minutes de folie! Tout d’abord, Aloisio transforme en force un penalty obtenu pour un tirage de maillot (30e). Huit minutes plus tard, c’est son compatriote Alex qui s’illustre en marquant un but de renard d’un plat du pied droit!

Quand Bruno Carotti (ancien Montpelliérain) donne deux buts d’avance à l’ASSE à la 45e minute, on se dit alors que le club du Sud a pris un coup sur la tête et que le match est plié.

Mais il faut croire que Loulou Nicollin est passé par les vestiaires à la mi-temps. Bien loin d’abdiquer, les partenaires de Franck Silvestre se réveillent et reviennent à 4-3 grâce à Loko une nouvelle fois (57e). Pire, une minute plus tard, Rui Pataca égalise en reprenant un coup- franc au point de penalty.

Les supporters Verts, qui étaient déjà passés par tous les états, se retrouvent à nouveau refroidis. C’est alors qu’intervient un élément qui participera pleinement à rendre ce match exceptionnel. Voilà qu’il se met à neiger abondamment sur  Saint-Etienne!

La pelouse blanchit. Depuis les tribunes, on ne voit plus grand chose. Il reste 8 minutes à jouer lorsque le duo Alex-Aloisio, encore eux, fait chavirer Geoffroy-Guichard. Cette fois-ci, Alex se transforme en passeur. Il lance Aloisio qui frappe du bout du pied entre les jambes de Riou. Les Verts repassent devant!!!

Je me souviens encore de cette sensation de temps figé lorsque le ballon a été ralenti par la boue devant la cage avant de franchir la ligne. La folie s’empare des tribunes et alors que je n’ai pas encore 14 ans et je vis ma première grande émotion avec l’ASSE.

Je suis persuadé que ce jour-là, de nombreux jeunes sont tombés amoureux des Verts, tandis que les plus chevronnés supporters ressentaient des émotions qui avaient disparues depuis longtemps…

Qui ne signerait pas pour un tel scénario ce soir?!?! Sans la neige bien sûr!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.