source photo : poteaux-carrés.com

En ces temps difficiles de confinement et d’épidémie, le Talk Show Stéphanois vous propose de remonter le temps à travers plusieurs séries d’articles. Les « review » qui paraîtront tous les jours traiteront les joutes européennes de l’ASSE chronologiquement. Aujourd’hui vingt-troisième épisode avec cette leçon de football donnée au PSV Eindhoven.

Qualifiés en 16ème de finale de Coupe UEFA après avoir éliminés Widzew Lodz, les Verts tombent contre un adversaire qu’ils connaissent bien, le PSV Eindhoven. S’étant déjà rencontrées à quelques reprises en Coupe d’Europe des Clubs Champions auparavant, les deux formations savent plus ou moins à quoi s’attendre. Cette double-confrontation s’annonce donc assez serrée mais les résultats viendront déjouer les pronostiques.

En effet, lors du match aller au Philips Stadion, l’ASSE s’incline deux buts à zéro sur des réalisations de René van de Kerkhof et Adrie Koster. La tendance semble donc difficile à renverser mais les stéphanois sont réputés ces dernières années pour leur capacité à réussir d’improbables exploits.

Les compositions

Robert Herbin décide d’opérer deux changements par rapport au match aller en titularisant Platini et Oleksiak à la place de Rocheteau et Repellini : Curkovic – Janvion, Lopez, Elie, Farison – Santini, Platini, Oleksiak – Larios, Rep, Zimako.

Côté hollandais, l’ancien stéphanois Kees Rijvers remplace Adrie Koster par Willy van de Kerkhof : van Beveren – Brandts, Stevens, van Kraay, Wildschut – Poortvliet, Valke, W.van de Kerkhof – van der Kuijlen, Lubse, R.van de Kerkhof.

La première période

Le match à peine commencé, l’ASSE prend déjà les devants. En effet, Jean-Marie Elie récupère le cuir au milieu de terrain puis part en contre-attaque et lance en profondeur Jean-François Larios. Le gaucher s’emmène le ballon et trompe du pied droit van Beveren. Les Verts prennent donc rapidement les devants.

Au moment d’engager, les hollandais ne parviennent pas à mettre leur jeu en place et voient les stéphanois récupérer le ballon après moins de deux minutes. Alors que le PSV se prépare à enclencher une offensive, Johnny Rep subtilise le cuir dans les pieds de Stevens, se dirige vers le but, crochète un adversaire avant de servir Larios seul au point de penalty. La franco-algérien tergiverse au lieu de frapper et permet à la défense de revenir. Il tente de retrouver Rep à ses côtés, l’hollandais de l’ASSE frappe mais est contré, arrive alors Michel Platini. Le milieu offensif ne réfléchit pas et envoie une frappe puissante du droit, deux à zéro pour les Verts et ça n’est pas fini…

L’arbitre a donné le coup d’envoi depuis moins de cinq minutes, l’équipe de Robert Herbin réalise déjà une performance remarquable mais va encore un peu plus enfoncer le clou. Bis repetita, le PSV engage, perd le ballon dans la foulée et Saint-Etienne part en contre-attaque. Gérard Farison est trouvé côté gauche et parvient à centrer à l’entrée de la surface. Platini va au duel avec les défenseurs adverses, gagne la conquête du ballon et le glisse pour Jacques Santini. Le milieu de terrain tente alors en première intention une frappe audacieuse de l’extérieur du pied gauche. La trajectoire est belle et un léger rebond prend à défaut pour la troisième fois van Beveren. L’ASSE a donc rattrapé son retard en moins de cinq minutes, et même mieux, fait désormais la course en tête en menant trois buts à zéro.

S’étant légèrement repris, les hollandais ne se créent néanmoins que guère d’occasions franches et semblent dépassés par les événements. Ils ont pris l’eau en moins de cinq minutes et le changement de Rijvers dès la vingt-troisième minute (A.Koster remplace Stevens) n’y change pas grand chose, Curkovic est bien présent dans sa surface. Trois zéro à la mi-temps, la messe est dite.

La deuxième période

Lors des premières minutes de ce second acte, Eindhoven essaye d’aller de l’avant mais tombe sur une équipe bien en place. Peu de temps avant l’heure de jeu, les Verts se mettent à l’abri grâce au doublé de Platini. L’international français se charge de transformer un coup-franc obtenu par Jacques Zimako à une vingtaine de mètres du but adverse. Sa magnifique frappe du droit termine dans le lucarne de van Beveren. Le Chaudron peut exulter, l’ASSE est entrain d’infliger une lourde correction à un PSV complètement asphyxié.

Les occasions s’enchaînent côté stéphanois, moins côté hollandais même si une ou deux rares frappes viennent faire frissonner Curkovic. C’est en toute fin de match que Saint-Etienne viendra définitivement sceller la qualification en inscrivant deux nouveaux buts. Pour sa première apparition en Coupe UEFA, c’est Laurent Roussey qui se permet d’inscrire le cinquième but alors qu’il n’a pas encore 18 ans. Bien lancé en profondeur par la tête de Rep, le jeune attaquant conclut du gauche avec l’aide du poteau.

Passeur décisif sur cette action, Johnny Rep va ensuite lui aussi y aller de son petit but. L’ancien bastiais se charge de transformer un penalty qu’il avait lui-même obtenu. Sa frappe puissante du droit termine sa course dans la lucarne de van Beveren. C’est le quatrième but en quatre rencontres jouées en Coupe UEFA pour l’hollandais.

Les Verts mènent six buts à zéro, l’arbitre décide alors de mettre un terme à ce superbe spectacle. Geoffroy-Guichard acclame ses héros et peut déjà se préparer pour la réception de l’Aris Salonique trois semaines plus tard en 8ème de finale.

Pour retrouvez nos précédents épisodes, c’est par ici :


Laisser un commentaire