Review: Le 100e est à nous!!!

Présentation

Nous sommes le 25 septembre 2010. En ce début d’automne, l’ASSE réalise un excellent début de saison et est en tête de la Ligue 1 lorsqu’elle se rend à Gerland pour cette 7e journée.

Chaque derby a une saveur particulière, mais celui-ci encore plus: c’est le 100e! Bien que leaders du championnat, les Verts ne partent pas favoris. En effet, ils n’ont plus remporté de derby depuis 17 ans. Une éternité, mais, après tout, chaque série a une fin. Alors pourquoi pas ce jour-là?

L’entraîneur de l’époque, un certain Monsieur Galtier, aligne la compo suivante:

Janot

Ebondo – Marchal – Monsoreau – Bocanegra

Battles (Guilavogui 72e) – Matuidi – Perrin (c) – Sako (Bergessio 69e)

Payet (Landrin 88e) – Rivière

(Remplaçants: Moulin, Sall, Néry, Saadi)

En face, c’est Claude Puel qui officie et présente l’équipe ci-dessous:

Lloris

Réveillère – Diakhaté – Lovren – Cissokho

Toulalan (c) – Kallstrom – Gourcuff (Pjanic 82e) – Bastos

Gomis – Briand (Pied 87e)

 

Le match

Ceux qui ont vu ce match le confirmerons: l’OL est largement au-dessus dès le début de la rencontre. Lorsque Gomis heurte le poteau dès la 12e minute, le tempo est donné. Dis minutes plus tard, c’est Payet qui sauve sur la ligne après un corner lyonnais. Les vagues blanches se succèdent et il faut un bon Janot à la 30e minute pour sortir une frappe de Bastos.

A ce moment, la soirée commence à être longue et on se demande combien de temps encore on va résister. La mi-temps est sifflée et le Verts tiennent le nul, ce qui est un miracle.

Le match reprend avec des duels dignes d’un derby (8 cartons jaunes en seconde période). Les lyonnais dominent mais sont moins dangereux qu’en première. Les Verts ne lâchent pas et, à défaut de bien jouer, font preuve de courage, à l’image de Battles qui sacrifie sa tête sur un coup-franc de Bastos (60e)! Deux minutes plus tard, Toutalan frappe le poteau sur un tir lointain. Quelques secondes plus tard, c’est la barre de Janot qui sauve les Verts! Et si les Dieux du foot étaient avec nous ce soir? La question ne se posera plus dans quelques minutes…

 

Le but

On joue la 73e minute. Perrin, milieu de terrain à cette époque, obtient un coup-franc à 25m, coté droit. Idéalement placé pour un gaucher, c’est pourtant Payet qui s’empare du ballon. On se dit alors qu’il a pris l’option de centrer. Lloris aussi certainement.

Le tireur Stéphanois s’élance, et expédie une merveille de frappe dans la lucarne du portier lyonnais! Tir improbable de l’ancien Nantais qui a choisi contre toute attente le premier poteau!

Vous imaginez bien à cet instant, l’explosion de joie des joueurs mais aussi, des supporters en feu dans Gerland, sans compter tous ceux devant leur télévision!

Il reste alors un gros quart d’heure à tenir. Les corners s’enchaînent coté lyonnais mais la réussite est toujours avec les Verts. Payet, décidément homme de la rencontre, sauvera un nouveau but sur sa ligne à la 80e. Sur chaque occasion, il y a un pied vert pour contrer, ou une tête, ou encore Janot.

L’arbitre annonce 5 minutes de temps additionnel. L’atmosphère est irrespirable, mais on commence à y croire! C’est sûr, rien ne peut nous arriver aujourd’hui (29 tirs à 5!). Les supporters lyonnais l’ont compris et les « Puel démission » descendent des tribunes. Cerise sur le gateau, le très intelligent Rémy Vercoutre trouvera le moyen de se faire exclure sans même jouer (#champion)!

 

La délivrance

Après une balle de 2-0 ratée par Rivière à la dernière seconde, l’arbitre siffle la fin du match! Ils l’ont fait! Les guerriers du soir entrent dans l’Histoire des Verts!

En plus de mettre fin à 17 ans de disette, Galtier et ses joueurs ramènent à la maison ce 100e derby historique. Après toutes ses années de frustration, le public Stéphanois peut laisser éclater sa joie, chacun à sa manière. Certains sont allés à l’Etrat pour accueillir les héros du jour dans une ambiance de folie. D’autres ont pleuré, ou hurlé, j’ai même vu de mes propres yeux, un homme courir nu dans les rues de Montbrison ce soir-là!

Bref, une soirée inoubliable pour tous ceux qui l’ont vécu… Et vous, comment avez-vous fêté cette victoire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.