Quelle valeur pour l’ASSE ?

L’excellent site Ecofoot, spécialisé dans l’actualité économique et financière du football, s’est intéressé à la question du rachat de l’ASSE avec en ligne de mire une question déterminante : que vaut, aujourd’hui, l’ASSE ?

Pour Roland Romeyer et Bernard Caiazzo, l’ASSE, c’est 100M€ !

Lorsque les deux présidents parlaient de vente du club il y a quelques mois, ils étaient plutôt favorables à un l’entrée au capital d’un investisseur minoritaire. L’idée étant que le nouvel investisseur acquiert 20% du capital social du club pour la somme de 20M€, ce qui valorisait le club à hauteur de 100M€.

100M€, est-ce raisonnable ?

Ecofoot donne la parole à Christophe Lepetit, Responsable des études économiques au CDES (Centre de Droit et d’Economie Sportive) à Limoges :  » Il faut bien avoir en tête qu’il n’existe pas de marché des clubs qui permettrait de façon certaine de savoir combien vaut tel ou tel club. Finalement, le coût d’un club résulte bien souvent d’un arbitrage entre différents éléments (actifs, perspectives de développement économique, dynamique sportive, capacité marketing, notoriété…) et la rencontre d’un consentement à payer de la part d’un investisseur « . Toutefois, au regard des précédentes entrées au capital dans les clubs français, ces 100M€ paraissent un rêve bien illusoire : rappelons que Frank McCourt a acquis 95% du capital social de l’OM pour seulement 45M€ ou que nos chers voisins lyonnais ont bénéficié des 100M€ du groupe chinois IDG qui a alors acquis 20% du capital social de l’OL.

Les atouts de l’ASSE pour sa vente

Cependant, l’ASSE possède certains atouts qui pourraient séduire les potentiels investisseurs. Ainsi, la bonne gestion financière tant vantée par Roland Romeyer, qui fait de l’ASSE un club qui engrange des profits chaque année, est un vrai point fort. Le club possède 10.5M€ de fonds propres et, s’il n’est pas propriétaire du stade, est néanmoins le propriétaire de son centre d’entrainement.

Si l’ASSE ne possède pas son stade, ce qui aurait été un atout de valeur, elle bénéficie d’une grande popularité, un avantage certain pour Christophe Lepetit : « L’AS Saint-Etienne est un club chargé d’histoire et constitue encore aujourd’hui l’une des marques fortes du football français avec Paris, Marseille ou Lyon. C’est donc un club qui « parle », y compris encore à l’étranger, ce qui peut faciliter la mise en contact avec d’éventuels investisseurs. Par ailleurs, sa dynamique sportive, en dépit des résultats en début de saison, est plutôt intéressante avec une progression régulière qui a ramené le club en Europa League. Avec à la clé le retour de l’engouement populaire autour du club« . Le 12e homme aura donc sans doute un grand rôle à jouer dans la vente du club ! L’engouement populaire est évidemment intéressant pour tous les revenus qui complètent le budget d’un club, à savoir la vente de produits dérivés, le remplissage du stade, etc.

Enfin, Geoffroy Garétier de Canal+ invoque le passé prestigieux du club : « Encore pour quelques années, l’ASSE restera le club français ayant le plus de championnats à son palmarès. L’ASSE est quand même le seul club français à avoir l’étoile symbolisant les 10 titres de champion de France. Ce n’est pas rien. Il est également l’un des 4 clubs français à avoir disputé une finale de C1. Et l’ASSE présente un gros avantage : la présence de Lyon à proximité. C’est la perspective de construire/développer une histoire autour de cette rivalité ». Se « payer » un club prestigieux, même en perte de vitesse, pourrait être un argument de vente efficace. Ce passé est déjà utilisé, notamment via le Musée des Verts : les bases sont déjà posées pour un éventuel investisseur.

Alors, l’ASSE, c’est combien ?

Pour déterminer la valeur de l’ASSE, Ecofoot s’adresse à Thibault Vittet, expert dans la valorisation d’entreprises, actuellement en poste chez Ergon Capital Partners (un fond de capital-investissement) : « Lors d’une opération de rachat ou de prise de participations dans un club, l’investisseur va demander à avoir accès à l’ensemble des documents comptables et financiers au sujet de l’entreprise. Un audit par ses propres experts sera réalisé. Même si le club affiche des pertes chroniques, il évaluera les investissements et le temps nécessaires pour atteindre le seuil de rentabilité. Puis une offre sera effectuée. Frank McCourt, entouré de ses conseillers, a certainement procédé ainsi pour formuler son offre de rachat de l’OM« .

L’économiste Tom Markham a établi une formule permettant de valoriser les clubs de football professionnel (attention, ennemis des maths, fermez les yeux) :

Club Valuation = (Revenue + Net Assets) x ((Net Profit + Revenue)/Revenue) x (Stadium Capacity %) ÷ (Wage Ratio %)

Cette savante formule, si elle est appliquée à l’ASSE, valorise le club à hauteur de 110M€ ! Cependant, Ecofoot ne manque pas de souligner les lacunes de cette formule magique, qui ne prend pas en compte des éléments défavorables à l’ASSE, comme l’attractivité de la métropole ou le niveau de vie de la population dans sa zone de chalandise. On sait que Saint-Etienne souffre de la concurrence avec Lyon… Toutefois, la popularité du club, qui attire des supporters de toute la France voire même au-delà, pourrait fortement intéresser d’éventuels repreneurs qui verraient une zone de chalandise potentiellement gigantesque…

2 Responses

  1. ou-rabah dit :

    Et le sport dans tout ca?
    On peut pas laisser les businessmen en dehors?

  2. noam dit :

    l’asse restera unique en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.