Quel nouveau système de jeu pour les Verts ?

« Nous sommes encore à la recherche de notre rendement. Nous allons changer de système, multiplier les sources pour la sortie de balle et essayer de contrarier l’adversaire qui nous a bien étudié. » Voilà ce que déclarait Jean-Louis Gasset en conférence de presse hier en début d’après-midi. Par conséquent, on devrait s’attendre à ce que l’entraîneur des Verts abandonne son classique 4-2-3-1, utilisé depuis le début d’année 2018, pour passer à un nouveau dispositif. Mais lequel ? L’un de nos rédacteurs a une petite idée en tête et a choisi de vous en faire part.

Et pourquoi pas le passage au 3-4-3 ?

Aujourd’hui, le 3-4-3 ne fait pas partie des schémas de jeu les plus populaires dans le football moderne, à l’inverse du 4-3-3 ou du 4-2-3-1. Malgré tout, il est fréquemment utilisé par certains techniciens de renom, comme ce fût notamment le cas de Pep Guardiola à Manchester City ou encore de Thomas Tuchel à Dortmund. Il est organisé comme suit. Tout d’abord, on retrouve une défense à trois, souvent composée de défenseurs centraux mais aussi parfois de latéraux aux profils plus défensifs. Ensuite, sur les côtés, deux joueurs évoluent dans un registre de « piston », dans le but qu’ils puissent apporter tant offensivement que défensivement. Le milieu de terrain quant à lui n’est constitué que de deux joueurs qui sont chargés de faire circuler le ballon et d’animer l’entre-jeu. Enfin, le trio d’attaque se compose généralement d’un avant-centre et de deux joueurs, dont le placement est assez libre, et qui gravitent souvent autour de l’attaquant. Voilà à quoi pourrait donc ressembler le onze de départ si l’on appliquait ce schéma de jeu aux Verts.

Une défense équilibrée et un milieu plus offensif

En défense, on retrouverait le trio Perrin-Subotic-Kolodziejczak. L’ancien joueur du Borussia Dortmund se placerait alors au centre de la défense, car étant le joueur le plus lent parmi eux. Les deux autres, plus rapides (bien que Perrin ne soit pas réputé pour sa vitesse), seraient alors chargés de gérer la profondeur. Néanmoins, ce trio n’est pas le seul à pouvoir tenir la route car Mathieu Debuchy pourrait également évoluer dans ce registre, comme il a pu le faire à Arsenal par le passé. Dans ce cas, ce serait sûrement à Monnet-Paquet de prendre place dans le couloir droit, un rôle hybride entre attaque et défense qui semble taillé pour lui. De l’autre côté, à gauche, c’est sans aucun doute Gabriel Silva qui devrait être titulaire, un poste qu’il a longtemps occupé lorsqu’il était à l’Udinese (70 matchs).

Au milieu de terrain, on devrait encore retrouver le duo M’Vila-Selnaes. L’avantage de les faire évoluer dans ce système c’est qu’il permet plus aisément de mettre à profit leurs qualités de passes. En effet, plutôt que de voir M’Vila redescendre bas sur le terrain pour aider ses défenseurs dans la relance ou pour les épauler dans le travail défensif, celui-ci pourrait alors utiliser sa qualité de passe pour jouer vers l’avant et pour trouver des décalages dans les 30 dernières mètres. Idem pour Selnaes qui a démontré qu’il pouvait être un formidable passeur décisif grâce à sa finesse dans les transmissions, en témoigne notamment le dernier match de la saison dernière face à Lille.

Cabella et Khazri en électrons libres

Enfin, plusieurs solutions s’offrent à Gasset pour composer le trio d’attaque. Cependant, le plus alléchant sur le papier semble celui composé de Cabella, Khazri et Diony, bien que Beric puisse tout à fait avoir sa place également. Cette animation offensive permettrait à Wahbi Khazri et Rémy Cabella d’être plus libres dans leurs positionnements et d’être moins contraints par le repli défensif. Une situation idéale pour que les deux joueurs, qui aiment évoluer dans le cœur de jeu, puissent dé-zoner librement et laisser libre cours à leurs créativités.

De plus, ils devraient ainsi évoluer plus proche de l’avant-centre ce qui permettrait alors à ce dernier de combiner plus facilement avec eux où d’être plus aisément servi dans la surface de réparation. Que ce soit pour Loïs Diony ou pour Robert Beric, leurs rendement offensifs devraient donc en profiter.

Pour conclure, le passage au 3-4-3 peut s’avérer être une solution aux diverses difficultés rencontrées par les Verts depuis plusieurs matchs. En effet, l’équipe devrait avoir moins de mal dans la relance, problème pointé du doigt par Gasset, en raison du fait qu’elle va désormais se retrouver avec trois défenseurs centraux et non deux, ce qui offrirait donc plus de solutions de passes à Stéphane Ruffier. Aussi, ce schéma de jeu à trois défenseurs devrait permettre de solidifier l’arrière-garde mais également de donner plus de libertés à certains joueurs pour qu’ils puissent s’exprimer au mieux. Ce serait notamment le cas pour M’Vila, Selnaes, Khazri et Cabella qui font aujourd’hui partie des meilleurs éléments de l’effectif stéphanois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.