Printant : « Nous devons être capable de prendre les devants »

En duplex pour Onzeo TV dans la journée d’hier, Ghislain Printant, actuellement entraîneur adjoint du groupe professionnel, est revenu sur le match face à Dijon ainsi que sur sa relation particulière avec Rémy Cabella. Il en a également profité pour évoquer le 400e match de Loïc Perrin sous le maillot vert et la bonne prestation de Beric.

Une équipe trop à réaction ?

« C’est bien parce que à chaque fois qu’on s’est retrouvé mené au score, contre Marseille également, on a eu cette force pour revenir. Pour revenir à la fois par du jeu et par des qualités de volonté et d’aller de l’avant. Par contre, ce qui serait bien, ça serait qu’on prenne l’habitude d’être devant au score car c’est plus facile de mener que de courir derrière le score. »

Beric, un joueur de caractère ?

« Robert est passé par tous les stades. Il a été très présent tout au long de la rencontre. Il a été en difficulté durant la première partie de la rencontre et ensuite il a su se montrer efficace. Ça montre son caractère. Il a un désir et une envie de travailler tous les jours à l’entraînement, particulièrement devant le but. Il a été récompensé de ses efforts. Surtout, il a montré beaucoup de caractère parce que beaucoup de joueurs dans sa situation auraient peut-être abandonner. »

Sa relation particulière avec Rémy Cabella

« J’ai toujours aimé les joueurs parce que je pense que si on leur apporte de l’affection, de la confiance et si on ne donne pas cet amour c’est extrêmement difficile pour eux. Après c’est vrai que pour Rémi, il y a une relation particulière puisque je l’ai connu à 15 ans à Montpellier. On a traversé quelques saisons ensemble et de le retrouver ici ça me fait énormément plaisir. Surtout, je suis heureux de le voir évoluer au sein de cette équipe et à ce niveau là. Même si je pense qu’il doit se montrer encore plus décisif sur le plan comptable. Ça nous ferait du bien et ça récompenserait tous les efforts qu’il est en train de faire. Mais c’est un garçon attachant au même titre que l’ensemble du groupe qui est agréable à coacher et qui vit bien ensemble. »

Loïc Perrin, une espèce en voie d’extinction ?

« Je pense que c’est l’un des derniers dinosaures. C’est très rare à l’heure actuelle qu’un joueur puisse faire toute sa carrière dans son club. J’ose espérer pour le football qu’on en retrouvera. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.