Portrait : Wahbi Khazri, l’heure de la confirmation à l’ASSE ?

C’est désormais officiel, le tunisien Wahbi Khazri s’est engagé avec l’ASSE pour une indemnité de 6,5 millions (+ 3 millions bonus). Un retour officiel en Ligue 1 après son prêt concluant à Rennes l’année dernière et surtout un vrai renfort pour les Stéphanois. Mais au delà des poncifs, il s’agit aujourd’hui de dresser le portrait du néo-Vert sous toutes ses coutures.

 

Une carrière « classique »

La carrière de Khazri est l’exemple typique du cheminement d’un bon joueur de Ligue 1. Après des débuts en Ligue 2 avec le Sporting Club de Bastia, il rejoint l’élite avec le club Corse après un passage en National. Sa première saison en Ligue 1 le révèle en France. Sa technique au-dessus de la moyenne lui permet de se faire un nom et les grands clubs Français tape à la porte du club Corse pour le recruter.

C’est finalement les Girondins de Bordeaux qui parviennent à recruter la jeune pépite tunisienne pour 2 millions d’euros au début de l’été 2014. A Bordeaux, il sera considéré comme un titulaire quasi-indiscutable lors de ses deux saisons et disputera même la campagne européenne 2015-2016 de Bordeaux qui s’arrêtera aux phases de poules.

Comme tout bon footballeur de Ligue 1 qui se respecte, les sirènes de l’Angleterre finissent par avoir raison de son aventure à Bordeaux. En janvier 2016, Khazri s’engage avec Sunderland moyennant une indemnité de 11,5 millions d’euros et découvre le championnat Anglais. Un passage difficile pour Khazri qui ne parvient pas à s’imposer, jouant seulement 3 petits matchs l’année de la relégation des Blacks Cats.

Il choisit Rennes pour se relancer par le biais d’un prêt. L’année dernière, il réalise une saison en dent de scie mais néanmoins globalement réussie pour son retour en France.

 

Des atouts reconnus

Une technique au-dessus de la moyenne et une bonne finition, voilà ce qui caractérise le plus le néo-Stéphanois. Il l’a démontré en France avec ses passages à Bastia puis à Bordeaux et enfin à Rennes l’année dernière où son coach, Sabri Lamouchi, l’avait surnommé le « Cavani Breton« . Rien que ça.

Ce dernier brille aussi par son aspect collectif et combatif. Son pressing et son repli défensif exemplaire sont des qualités essentielles à un bon attaquant.

Son excellente conservation de balle et son penchant pour la provocation en 1 contre 1 sont évidemment, des qualités que le club sera ravi de trouver.

Enfin, d’un point de vue moral, Khazri est présenté comme un homme généreux sur le terrain avec une mentalité de gagneur. Le genre d’esprit dont raffole les supporters Stéphanois.

Des statistiques très convenables

C’est un passage obligé afin d’évaluer la nouvelle recrue de l’ASSE. Le site spécialisé WhoScored note le joueur à hauteur de 7/10. Une bonne note pour le joueur.

En détail, Khazri a marqué 36 buts en 5 saisons de Ligue 1 et a délivré 22 passes décisives. Doté d’un 77,6% de passes réussies en Ligue 1 cette année, il démontre qu’il est capable de marquer mais aussi passer.

Sa polyvalence ne peut être qu’un atout puisque le Tunisien est d’abord un ailier, un joueur de côté. Mais l’année dernière à Rennes, Lamouchi n’a pas hésité à le replacer en numéro 10 mais aussi en pointe. Des postes où il a su convaincre avec brio.

A tel point que la presse sportive et notamment Eurosport a pu écrire « Mais l’international tunisien se multiplie tellement sur le terrain, au pressing, dans la conservation du ballon, dans la provocation balle au pied, qu’il y a clairement un Rennes avec et un Rennes sans Khazri« . De bon augure pour l’ASSE.

 

Alors que le dossier Cabella semble voué à l’échec, les Verts tiennent enfin une recrue de poids. Un joueur qui pourrait bien s’imposer comme le leader technique des Verts cette saison.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.