Portrait : Subotic, un taulier à relancer

Débarqué hier dans le Forez, Neven Subotic est notre troisième recrue officielle lors de ce mercato hivernal. Ancien pensionnaire du Borussia Dortmund, le joueur de 29 ans arrive dans une équipe en perte complète de stabilité défensive. Véritable patron du club de la Ruhr jusqu’en 2015, l’international Serbe se dit « physiquement apte » et déjà « prêt à tout donner à Saint-Étienne ». L’équipe du Talk Show Stéphanois revient pour vous sur les grands passages de la carrière de notre nouveau joueur.

Départ d’un pays en guerre

Subotic est né en 1988 dans la ville de Banja Luka en Yougoslavie, devenu aujourd’hui la Bosnie-Herzégovine. En 1994, alors que la guerre a déjà éclaté dans son pays, il rejoint avec sa famille son père parti deux ans auparavant en Allemagne. Cinq ans plus tard, sa petite famille et lui décident de partir pour les États-Unis. S’installant en Floride, plus précisément à Bradenton, c’est à cette époque que la vie de Neven va changer.

Un parc et ça démarre

De 2004 à 2005, Subotic va jouer pour l’équipe de football de l’Université de Floride Sud. Suite à cela, sa carrière de footballeur va décoller. En effet, un jour en 2005, Neven se rend dans un parc pour taper dans le ballon et y voit une équipe s’entraîner. À ce moment-là, il n’hésite pas et demande aux deux coachs présents s’il peut s’entraîner avec eux. Celui-ci impressionne alors et ne sait pas encore qu’il vient de lancer sa carrière. Les deux coachs en question n’étaient autres que John Hackworth et Keith Fulk, tous deux assistants du sélectionneur des U17 américains. Ceux-ci décident donc d’emmener leur trouvaille dans leurs bagages et, après avoir obtenu un passeport américain, Subotic dispute la Coupe du monde U17 au Pérou avec les USA. Après coup, le joueur revient sur cet épisode pour le média allemand Deutsche Welle : « Il n’y a aucun doute sur le fait que si je n’avais pas été à ce parc ce jour-là, les choses auraient pu tourner différemment. Mais peut-être pas. Peut-être que j’habiterais toujours aux États-Unis et je travaillerais au McDonald’s. Personne ne sait vraiment. C’était le destin d’une certaine manière. »

Début en professionnel 

C’est alors que démarre officiellement la carrière professionnelle de Subotic. En 2006, le Serbe retourne en Allemagne et s’engage avec le FSV Mayence où il découvre Jürgen Klopp. Faisant ses gammes pendant un an en centre de formation du club, il réalise par la suite une excellente saison en 2007-2008 en 2.Bundesliga (D2 allemande). Disputant 33 matchs pour 4 buts marqués il occupe déjà un rôle de taulier dans ce qui sera la meilleure défense de la saison du championnat. La saison suivante, son entraîneur Klopp s’engage avec le Borussia Dortmund et fait immédiatement le forcing pour faire venir le joueur alors âgé de 19 ans. Celui-ci signe alors un contrat de 4 ans en faveur du BVB pour un montant de 4,5 millions d’euros.

Un pilier des grandes années Dortmund

En ayant la confiance absolue de Jürgen Klopp, Subotic s’impose immédiatement dans la défense du Borussia. Effectivement, le joueur fait partie du onze type de la Bundesliga en décembre 2008 et est un grand artisan du renouveau du club. N’étant plus champion depuis une dizaine d’années, Dortmund décroche son septième titre de champion d’Allemagne lors de la saison 2010-2011 où Subotic dispute 41 rencontres toutes compétitions confondues. L’année suivant l’indéboulonnable Serbe fait encore mieux en réalisant le doublé coupe-championnat avec son équipe. Il participe également à l’épopée européenne du club en 2012-2013, disputant l’intégralité de la Champions League jusqu’à la finale perdue 2-1. Malheureusement, en novembre 2013, il subit une rupture du ligament croisé du genou droit, le mettant sur la touche plusieurs mois. Sa saison 2013-2014 sera alors tronquée par cette blessure et il ne disputera que 10 matchs en championnat. Il retrouve son statut de titulaire indiscutable un an plus tard et dispute une saison pleine (40 matchs TCC pour 3 buts). En 2015-2016 les blessures viennent à nouveau gâcher sa saison. Subotic aura alors du mal à regagner sa place à Dortmund où de nouveaux jeunes talents sont arrivés.

Un prêt à Cologne et quelques bout de matchs à Dortmund

En janvier 2017, le géant serbe (1,91m) est prêté au FC Cologne et y dispute 887 minutes. Hauteur de six bons mois celui-ci retourne à Dortmund cet été et garde l’espoir de pouvoir retrouver sa place d’antan. Néanmoins la réalité des choses le rattrape et celui-ci ne se voit prendre part qu’à seulement quatre matchs dont un en Champions League à Santiago-Bernabéu contre Madrid. Malgré son faible temps de jeu, Subotic quitte Dortmund en laissant une superbe image de lui. Étant un leader naturel sur le terrain, celui-ci aura marqué les supporters allemands par sa combativité et restera l’un des tout meilleurs défenseurs du monde à leurs yeux.

Un parcours semé d’embûches en sélection

Possédant trois nationalités différentes (Serbe, Américaine et Bosnienne), Subotic a tout d’abord commencé en chantant l’hymne national américain en étant sélectionné en U17 puis U20 à quelques reprises. Thomas Rongen, sélectionneur des U20 américains à l’époque ne souhaitait pas continuer avec Neven suite à son départ pour Mayence en 2006 : « Il n’a pas suffisamment progressé là-bas, pas suffisamment pour qu’il appartienne, selon nous, à l’équipe. Il n’est pour l’instant pas avec nous, et nous avons besoin d’avancer et de regarder les joueurs qui peuvent faire le job ». Suite à cela Subotic ne va pas cacher son amour pour son pays d’adoption déclarant même ceci : « Je suis un Américain. Si vous portez l’écusson une fois, vous n’allez pas en porter un autre. Cela serait comme poignarder dans le dos, je dirais. Je suis un Américain jusqu’à la fin ». Cependant voyant les déclarations de son sélectionneur comme un manque de respect, le joueur ne portera plus jamais les couleurs américaines. En 2009, il officialise donc son choix de jouer pour la Serbie et disputera par la suite la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. Laissé sur le banc aux dépends de Vidic et Lukovic durant la compétition, il ne jouera que deux petits matchs. Après avoir été sélectionné plus de 35 fois, un probable clap de fin arrive en 2014 lorsque son sélectionneur Dick Advocaat évoque un manque de patriotisme de la part du joueur : « Mon échange de mails et de SMS avec Subotic ne laisse aucun doute sur le fait qu’il n’aime pas jouer pour l’équipe nationale. Je pense que c’est mieux de garder les joueurs avec une telle attitude loin de l’équipe afin de les empêcher de perturber la bonne atmosphère que nous avons. » Depuis, plus aucune trace de Neven en sélection Serbe à seulement 29 ans…

 

 

 

 

 

3 Responses

  1. le pauvre qui peut dit :

    blabla en verra sur le terrain avec Perrin

    • Remi Roche dit :

      Seul le terrain apportera des réponses c’est sur mais tout cela n’est pas que du « blabla », il y a un travail de recherche derrière ces nombreuses lignes afin de vous dresser le meilleur portrait possible de Subotic.

  2. le pauvre qui peut dit :

    blabla en verra sur le terrain avec Perrin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.