Portrait : Paul-Georges Ntep, un colosse aux pieds d’argile

Arrivé dans le Forez sous forme de prêt sans option d’achat en provenance de Wolfsburg il y a quelques jours, Paul-Georges Ntep est devenu la deuxième recrue stéphanoise du mercato hivernal 2018. Longtemps considéré comme un grand espoir du football français, le joueur de 25 ans n’est jamais réellement parvenu à exploiter tout son potentiel, notamment à cause de blessures récurrentes. Après avoir avoir quitté la France en janvier 2017 pour découvrir la Bundesliga, il a finalement choisi de revenir jouer en Ligue 1 en revêtant les couleurs vertes moins d’un an après son départ. La rédaction du Talk Show Stéphanois vous fait donc découvrir plus en détails qui est donc ce joueur,

Une carrière en dents de scie

Bien que né au Cameroun (le 29 juillet 1992), Paul-Georges Ntep immigra très tôt en France, à l’âge de huit ans, où il s’installa dans la région Parisienne. C’est aux alentours de la capitale française que le jeune joueur fit ses gammes en tant que footballeur. En effet, entre 2001 et 2009, il porta les couleurs de cinq clubs amateurs différents situés non loin de la ville Lumière. Mais c’est durant son passage à Brétigny que le joueur attira définitivement les regards des observateurs. Convaincu par le potentiel du joueur, l’AJ Auxerre, qui l’avait pourtant recalé lors d’un essai effectué en 2002, lui propose un contrat stagiaire qu’il signera donc en 2009.

Ses débuts à l’AJ Auxerre (2010-2014)

Il rejoint alors le club au moment où celui-ci est à son apogée puisque l’AJA, dirigée alors par Jean Fernandez, termine l’exercice 2009-2010 sur la dernière marche du podium derrière Marseille (1er) et Lyon (2e). Une troisième place synonyme de qualification en Ligue des Champions, une compétition à laquelle va justement prendre part le jeune Ntep. En effet, alors qu’il est âgé de seulement 18 ans, il va connaître sa première apparition dans le monde professionnel à l’occasion d’un match de poule de C1 face à l’Ajax Amsterdam, le 19 octobre 2010, en entrant à la place de Roy Contout à la 79e minute de jeu. Néanmoins, le joueur va encore devoir attendre pour connaître sa première titularisation avec l’équipe A. Lors de la saison 2011/2012, il ne sera même jamais appelé dans le groupe pro et se contenta de jouer avec l’équipe réserve malgré les mauvais résultats de l’équipe première qui fut reléguée en Ligue 2 à l’issue de la saison. Cette relégation, bien que néfaste au club, permis à la carrière du joueur de décoller. En effet, l’année suivante (2012/2013), Ntep débuta la saison dans la peau d’un titulaire, bénéficiant notamment de la confiance de son nouvel entraîneur : Jean-Guy Wallemme. Il disputa alors 38 matchs toutes compétitions confondues pour un total de 9 buts et 4 passes décisives sur l’ensemble de l’exercice. La saison suivante, il repartit sur les mêmes bases en inscrivant un total de 11 buts en 22 matchs sur la phase aller du championnat de France. Cinq premier mois de haut vol qui attirèrent alors les convoitises et notamment celle du Stade Rennais qui convainquit alors Auxerre de céder sa pépite lors à la mi-saison contre 5 millions d’euros.

Le Stade Rennais et la découverte de la Ligue 1 (2014-2017)

Lors de ses six premiers mois en Bretagne, le joueur disputa 13 matchs, dont la finale de la Coupe de France à l’issue de laquelle les Rennais s’inclinèrent 2 buts à 0 face à Guinguamp. Ensuite, lors de la saison 2014/2015, qui fut sans doute sa saison la plus aboutie avec les bretons, il franchit un nouveau cap dans sa carrière : celle de la sélection. Fort de performances et des statistiques convaincantes (9 buts et 7 passes décisives en 38 matchs), le joueur est appelé par Didier Deschamps pour le dernier rassemblement des bleus avant l’été. Malheureusement pour le Rennais, celui-ci se solde par deux défaites, l’une face à la Belgique (4-3) et l’autre face à l’Albanie (1-0). Si Ntep s’est plutôt montré convaincant lors de ses entrées en jeu, puisqu’il est parvenu à délivrer une passe décisive en seulement 41 minutes passées sur le pré, il ne sera plus jamais rappelé en sélection depuis. Il faut également avouer que ses deux saisons suivantes n’ont pas été convaincantes. En effet, confronté à des blessures récurrentes, ce qui freine constamment sa progression depuis le début de sa carrière, il ne prend part qu’à 15 rencontres lors de la saison 2015/2016. Finalement, il décide alors de quitter Rennes pour tenter une aventure à l’étranger en rejoignant Wolfsburg le 9 janvier 2017. Un départ qui semblait prématuré compte tenu du manque de régularité du joueur à l’époque.

Son passage raté à Wolfsburg (2017-2018)

En ralliant la Bundesliga, Paul-Georges Ntep espérait sûrement atteindre une notoriété supplémentaire dans un club ambitieux comme Wolfsburg et ainsi se rapprocher de l’équipe de France. Cependant, les choses ne se passèrent pas comme prévu puisque le club allemand connu une période d’instabilité totale au moment de son arrivée. En effet, pas moins de trois entraîneurs se succédèrent à la tête de la formation en moins d’un an : Martin Schmidt, Valérien Ismaël et Andries Jonker. Sportivement, Ntep et ses coéquipiers frôlèrent même la descente en seconde division à l’issue de la saison dernière. Il leur fallu une victoire face à l’Eintracht Braunschweig lors d’une double confrontation pour se maintenir dans l’élite. Aujourd’hui, la situation reste toujours délicate puisque Wolfsburg est actuellement 13e à 3 points de la zone rouge. De plus, l’ancien Rennais fut en manque de temps de jeu sur cette première partie de saison avec seulement 7 matchs toutes compétitions confondues. Des difficultés sur un plan à la fois collectif et personnel qui expliquent pourquoi le joueur a choisi de revenir en Ligue 1 pour se relancer cet hiver.

« Le genre de joueur qui peut enflammer Geoffroy-Guichard »

Rapide et puissant, Paul-Georges Ntep est le genre de joueur capable de faire la différence sur le terrain. En effet, sa pointe de vitesse combinée à son sens du dribble lui permettent aisément de faire la différence en un contre un, que ce soit dans un petit périmètre ou sur la largeur en débordant son adversaire. Provocateur balle au pied, il cherche souvent à créer des brèches dans la défense adverse par ses dribbles. Souvent positionné dans le couloir gauche, en « faux-pied », il a pour habitude de revenir vers l’intérieur avec son pied droit pour élargir son champ d’action et pour pouvoir combiner avec ses coéquipiers. Doté d’une bonne qualité de passe, il cherche souvent à donner le ballon dans la profondeur lorsque les attaquants effectuent des appels de balle ou à dédoubler avec ses latéraux pour tenter de déborder. De plus, comme l’a confié Jean-Louis Gasset en conférence de presse au moment de sa présentation, c’est un joueur qui sait porter le danger sur la cage adverse : « C’est un joueur qui m’a toujours fait peur. Il est très dangereux, il va très vite, c’est le genre de joueur qui peut enflammer Geoffroy-Guichard. Dans la période où on est, on a besoin de joueurs de caractère comme lui. »

Malgré des qualités offensives intéressantes qui devraient grandement profiter aux verts, l’ancien Auxerrois a du mal avec le repli défensif. Un aspect de son jeu qui pourrait handicaper ses coéquipiers et se ressentir sur l’équilibre défensif de l’équipe, surtout que les latéraux stéphanois ne sont pas d’une grande sérénité depuis le début de la saison, on pense notamment à Saidy Janko. De plus, le joueur ne possède pas une qualité de centre transcendante. Un point faible qui pourrait pénaliser Robert Beric puisque, comme l’a bien dit Gasset, l’attaquant slovène aura besoin de centres (et de bons) pour pouvoir marquer sur cette deuxième partie de saison. Aussi, il faudra faire attention à ce que Ntep n’entre pas dans l’excès d’individualisme. Celui-ci a parfois tendance à conserver le ballon en essayant de faire la différence individuellement plutôt que de la donner à ses coéquipiers quand il le faudrait. Enfin, le plus gros point faible de l’ailier de 25 ans n’est pas un aspect de son jeu mais bel et bien un aspect de son physique. En effet, ce dernier est régulièrement sujet aux blessures ce qui vient constamment freiner sa progression et ternir ses performances tout au long d’une saison. Espérons donc que ce ne soit pas le cas durant son passage chez les verts !

Que peut-il apporter aux verts ?

Sur le papier, la recrue Ntep a tout d’une bonne affaire. Le joueur devrait pouvoir amener aux verts ses qualités de dribbles ainsi que sa capacité à faire la différence dans les 35 derniers mètres, ce qui manque cruellement aux verts en ce début de saison. Dans le 4-2-3-1 que semble vouloir instaurer Jean-Louis Gasset depuis le début de la nouvelle année, ce dernier aurait pleinement sa place au côté de Rémy Cabella et Robert Beric dans le couloir gauche comme ce fût le cas hier face à Nice. Son association avec l’ancien montpelliérain pourrait être particulièrement fructueuse tant les deux joueurs affichent des qualités individuelles intéressantes. Reste néanmoins à savoir si Ntep pourra enchaîner les matchs en cette deuxième partie de saison sans être une fois de plus ralenti par les blessures et ainsi permettre d’aider l’AS Saint-Étienne dans son opération maintient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.