Nordin peut-il bousculer la hiérarchie ?

Lors du dernier mercato estival, l’AS Saint-Étienne a enregistré le retour d’Arnaud Nordin. Une arrivée loin d’être anodine puisqu’elle vient alimenter un réservoir offensif amoindri, notamment depuis le départ de son compère formé au club : Jonathan Bamba.

À la différence de Salibur, Khazri et des autres recrues stéphanoises, Arnaud Nordin revient d’un prêt. Le jeune attaquant, en provenance de l’AS Nancy Lorraine a fait bonne impression sur son passage chez les chardons où il s’est montré convaincant avec un total de 4 réalisations. Pour cause, son ex-entraîneur Didier Tholot souhaitait conserver le jeune prodige qui fut un des grands artisans au maintien du club lorrain en deuxième division la saison passée. Eux qui pointent actuellement à la 20ème et dernière place de ce même championnat. Orphelin de Nordin vous dites ?

À la vue de sa première apparition de la saison très intéressante contre Caen où le natif de Paris s’est montré très remuant, Arnaud Nordin apparaît comme la vraie bonne surprise de ce mercato estival dans un secteur où l’AS Saint-Étienne manque cruellement de joueurs de qualité depuis quelques saisons, mais peut-il bousculer la hiérarchie pour autant ?

L’état des lieux de la hiérarchie actuelle

Arnaud Nordin est un joueur technique qui peut évoluer sur la gauche ou sur la droite de l’attaque. Sur le banc, il est en concurrence avec Monnet-Paquet et Hamouma, tous deux relégués remplaçants depuis les arrivées de Khazri et de Salibur. De fait, il semble difficile de voir comment le jeune Nordin pourrait tirer son épingle du jeu, lui qui se retrouve derrière Hamouma et Monnet-Paquet dans la hiérarchie des ailiers. Mais …

… la hiérarchie est faite pour être bousculée

À 31 ans, les belles années de Romain Hamouma en tant qu’ailier semblent définitivement derrière lui. Où sont passées ses fulgurances caractéristiques et sa capacité d’éliminer et de faire la différence sur son aile droite ? Force est de constater que le joueur formé à Sochaux n’est plus que l’ombre de lui-même. À cela vient s’ajouter des blessures récurrentes – la dernière en date à Strasbourg – couplé d’une nonchalance agaçante lorsque ce dernier foule les pelouses de Ligue 1.

Quant à Monnet-Paquet, il a l’air d’avoir épuisé tous ses crédits et le maillot ne semble plus pouvoir être mouillé davantage. Volontaire, le joueur formé au RC Lens affiche cependant des statistiques faméliques avec la barre des dix buts à peine franchie en Ligue 1 depuis son arrivée au club … en 2014.

La rentrée symbolique contre Monaco

Vendredi 28 Septembre à Geoffroy Guichard, 68ème minute de jeu. Wahbi Khazri et les siens mènent 2 buts à 0 dans ce match de gala qui les opposent à l’AS Monaco. Sur le banc, Hamouma, Monnet-Paquet et Nordin rongent leur frein et attendent de pouvoir entrer en jeu. Khazri, grimaçant, est contraint de sortir. C’est finalement Arnaud Nordin qui va suppléer le buteur vedette de la soirée, au grand dam de Romain Hamouma. Monnet-Paquet entrera en fin de match à la place de Salibur.

La hiérarchie a-t-elle été bousculée ? Il est surement trop tôt pour le savoir. Plusieurs facteurs rentraient en jeu lors du match contre les joueurs de la principauté. De plus, un seul match n’est pas suffisant pour faire un pareil constat. En revanche Nordin, fort de ses dernières prestations gagne des points précieux auprès de Jean-Louis Gasset. Hamouma et Monnet-Paquet, quant à eux, payent comptant les copies très pâles qu’ils ont rendu dernièrement.

1 Response

  1. IL FAUT DONNER LES JEUNES LEURS CHANCES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.